CONJONCTURE. Emmanuelle Wargon, ministre du Logement, assure que la reprise est réelle dans le secteur de la construction neuve. Tout en reconnaissant un "problème" sur le segment du collectif en zone tendue. Le gouvernement va lancer une série de débats publics pour trouver des solutions.


A quelques mois de l'élection présidentielle, le ministère du Logement va lancer une série de débats publics sur le thème "Habiter la France de demain". Cette initiative, annoncée par la ministre Emmanuelle Wargon le 27 août lors des entretiens d'Inxauseta (Pyrénées-Atlantiques), se concrétisera dès ce mardi 31 août par une première table ronde, qui se tiendra dans les locaux du ministère, portant sur les impacts de la crise sanitaire sur les lieux de vie. De ces échanges devraient émerger des orientations qui définiront la politique du gouvernement en la matière jusqu'à la mi-2022. Cette idée est lancée alors que les enjeux à traiter s'accumulent sur le front du logement : impact de la crise sanitaire sur la construction neuve (notamment en logement social), droit au logement, frilosité de certains maires à faire sortir les permis de construire, hausse démesurée dans certaines zones des prix de l'immobilier, entrée en vigueur de la réglementation environnementale 2020 l'an prochain...

 

Permis de construire : la barre des 500.000 n'est pas loin

 

D'un point de vue purement économique, le coup de frein lié aux confinements de 2020 semble derrière nous : "Grâce à la reprise, et aux efforts des entreprises, la tendance repart doucement, quantitativement parlant", a ainsi exposé la ministre du Logement, précisant que sur les douze mois juillet 2020-juillet 2021, 433.000 permis de construire étaient sortis, non loin de la barre symbolique des 500.000. "L'effort de construction redémarre", se félicite-t-elle. Mais il y a un point noir : la conjoncture reste morose sur l'habitat collectif en zones tendues. Un défi d'autant plus important à relever que ce marché est le plus compatible avec le principe de densification et l'atteinte de l'objectif de zéro artificialisation nette (Zan). Les débats lancés par le ministère, en parallèle de la création d'un référentiel de qualité logement, et de la mission confiée à François Rebsamen, auront pour but de redonner envie aux Français de vivre dans du collectif, eux qui rêvent le plus souvent de se faire construire une maison individuelle. Ainsi, la ministre souhaite avancer sur un chemin de crête, en relançant d'un point de vue quantitatif la construction de collectif, mais là où c'est le plus utile et, surtout, en s'assurant de la bonne qualité d'usage de ces biens.
Il vous reste 63% à découvrir.
Ce contenu est réservé aux abonnés
Déja abonné ? Se connecter
PROMO ÉTÉ 2022 - abonnement 12 mois ETENDU jusqu’au 30 SEPTEMBRE 2023
Abonnez-vous maintenant pour le lire dans son intégralité
Et bénéficiez aussi :
D’un accès illimité à tous les articles de Batiactu
D’une lecture sans publicité
De toutes les interviews et analyses exclusives de la rédaction
actionclactionfp