INTERVIEW. Après la mise en place des groupes de travail et la validation de la feuille de route du Plan de Transition Numérique dans le Bâtiment, Bertrand Delcambre, son président, revient pour Batiactu sur les neuf premiers mois de sa mission de promotion du BIM auprès des professionnels français. Le mot d'ordre : valoriser les initiatives des industriels et des territoires.

Batiactu : Le Plan de Transition Numérique dans le Bâtiment vous a été confié par le gouvernement à la fin du mois de janvier 2015. Neuf mois plus tard, où en est-on ?
Bertrand Delcambre : Globalement, le premier semestre de l'année a été consacré à élaborer collectivement la feuille de route. Cette dernière met en évidence les grandes priorités du Plan à savoir capitaliser sur l'existant et créer les conditions d'un bénéfice partagé pour l'ensemble de la filière. Et nous avons présenté, de façon prévisionnelle, le chemin que les professionnels veulent suivre jusqu'en 2017. Une vingtaine d'actions seront organisées tout au long des trois ans du Plan. En parallèle, nous avons également décidé le lancement d'appels à manifestations d'intérêt et d'appels à projets pour faire avancer les choses.

 

Batiactu : Justement, quels sont précisément ces différents appels à manifestations d'intérêt ?
Bertrand Delcambre : Les deux appels à manifestations d'intérêt (AMI) concernent les "kits" BIM pour les TPE et PME qui commencent seulement à émerger. Il nous faut repérer ce qui existe déjà, dans l'idée de pouvoir les analyser, d'aider les professionnels à s'y retrouver et de les aider à choisir parmi ces outils. L'appel a été clôt le 14 septembre dernier et nous avons eu entre 25 et 30 réponses d'éditeurs de logiciels. Nous avons donc une matière suffisante pour lancer cette analyse. Et une deuxième vague de sollicitation sera bientôt lancée.
Le deuxième AMI concerne le carnet numérique de suivi et d'entretien du logement, qui doit s'imposer à partir de janvier 2017. Il donnera lieu à un travail sur le décret, en précisant les contenus et le modèle économique de cet outil afin de pouvoir tenir les délais. Notre but est encore de recenser les initiatives, notamment grâce aux travaux préliminaires que le Plan Bâtiment Durable a mené en 2014 sous le vocable de "Carte vitale du bâtiment". En tout, nous avons reçu une quinzaine de réponses. Nous allons profiter de l'expérience de ces initiatives pour jeter les bases du décret qui verra le jour en 2016.
Et courant septembre, nous avons lancé un autre AMI pour les opérations de rénovation ayant utilisé l'outil numérique pour la restitution des données obtenues par relevés laser, photogrammétrie. Nous recherchons des expériences réalisées pour nous appuyer dessus, et promouvoir ou améliorer les outils.

 

Batiactu : Et concernant les appels à projets ?
Bertrand Delcambre : Le premier porte sur l'accompagnement de la construction neuve et est destiné à soutenir cinq opérations différentes : deux avec une maîtrise d'ouvrage publique, deux avec une maîtrise d'ouvrage privée et une maison individuelle. Ces projets devront être "exemplaires" et nous accompagnerons les équipes dans ce choix du tout numérique. Nous avons reçu environ trente réponses et nous allons mettre en place un jury dans les semaines qui viennent, afin de les départager. Puis nous relancerons cette initiative pour une deuxième vague.
A la fin du mois de juillet, nous avons aussi lancé un appel à projets sur la formation professionnelle afin de la soutenir dans les territoires. Il faut accompagner la montée en compétence des professionnels sur le numérique. Une première vague sera terminée en octobre, mais l'initiative restera active en 2016, car la formation est une priorité importante du Plan de transition numérique dans le bâtiment.

 

Batiactu : Vous avez également lancé une mission sur les questions légales liées au BIM...
Bertrand Delcambre : Nous avons, en effet, mis en place une mission relative au droit du numérique, menée par Xavier Pican, qui a reçu la lettre de mission co-signée par Christian Baffy, le président du Conseil supérieur de la construction, et moi-même. Elle devra répondre à un certain nombre de questions à l'aide d'un groupe de travail que Xavier Pican va constituer. Cette mission correspond à un besoin urgent et devrait remettre un rapport définitif au début de 2016.

 

Batiactu : D'autres initiatives ont-elles été prises au Plan de Transition numérique dans le bâtiment ?
Bertrand Delcambre : Oui, il y a aussi eu la constitution d'un réseau national mutualisant les initiatives locales publiques qui soutiennent les groupements d'acteurs sous différentes formes, comme des plateformes de ressources par exemple. C'est une manière de mettre le pied à l'étrier aux acteurs du bâtiment. Il faut l'encourager, aider à coordonner et mettre le tout en cohérence. C'est en cours. Quant aux six groupes de travail, ils sont aujourd'hui en place. Nous allons continuer à approfondir les analyses et les retours d'expérience.
Les difficultés sont notamment rencontrées sur les exports des bibliothèques d'objets. Cette mission, très technique, a été confiée à l'Association des industries de produits de construction (AIMCC). Des avancées significatives ont été faites durant l'été et ce travail est un peu comparable à celui du groupe sur les IFC (Industry Foundation Class). Le sixième groupe, porté la FFB, s'intéresse à la notion d'atelier virtuel et de simulation numérique. Il intéresse les entreprises, les industriels et les architectes.

actionclactionfp