FINANCES. Les taux d'intérêt des crédits immobiliers accordés aux particuliers ont stagné en septembre 2018, stationnant à 1,45%, à l'image du mois d'août. Malgré le fait que les banques aient procédé à cette timide hausse, le niveau général des taux reste exceptionnellement bas.

D'après l'étude mensuelle de l'Observatoire de l'institut CSA et du Crédit Logement, les taux d'intérêt des crédits immobiliers accordés aux particuliers se sont maintenus au mois de septembre 2018, demeurant à 1,45% (toutes durées de prêts confondues), à l'image du mois d'août. Plus précisément, les taux se sont établis à 1,49% pour l'accession dans le neuf (en hausse par rapport à août), et à 1,44% dans l'ancien (en recul en comparaison à août). A noter : la stagnation des taux en septembre s'est accompagnée d'un allongement de la durée moyenne, désormais établie à 225 mois, soit deux mois de plus qu'en août.

 

Les établissements bancaires français ont en fait maintenu le niveau général, qui demeure malgré tout exceptionnellement faible, y compris en prenant en compte l'inflation. "Les taux des crédits immobiliers sont stabilisés depuis juin dernier", indique l'Observatoire dans son étude. "Les conditions de crédit restent excellentes : d'ailleurs, les taux d'intérêt réels n'ont jamais été aussi bas depuis le premier choc pétrolier", c'est-à-dire depuis 1973. D'une manière générale, l'Observatoire considère que la conjoncture actuelle est similaire à celle des derniers mois : les banques se livrent une concurrence farouche, un phénomène accentué par des opérations commerciales réalisées en période de rentrée. Néanmoins, ce contexte n'est pas suffisant pour faire rebondir la demande face à une reprise de l'inflation : après avoir marqué un temps d'arrêt le mois dernier, la hausse des prix se maintient à plus de 2% sur un an.

actionclactionfp