SANTE. Le ministère du Travail a récemment publié un communiqué listant des outils pour prévenir les risques psychosociaux en milieu professionnel. Si le milieu du BTP semble pour le moins épargné, notamment sur les chantiers, les employés de bureau connaissent, eux, des risques importants.

La santé mentale des Français reste "dégradée" en début d'année. C'est le constat de Santé publique France, qui a mené une enquête et a noté une prévalence des états dépressifs et anxieux, notamment chez les jeunes.

 

Les troubles du sommeil restent également à un niveau élevé, comme observé plus tôt en décembre. "La prévalence des états dépressifs avait été multipliée par 2 entre fin septembre et début novembre", révèle l'enquête. Le secteur du BTP semble pourtant s'en sortir mieux que les autres secteurs, du moins en ce qui concerne les employés de chantier. "Nous sommes relativement peu sollicités sur les risques psychosociaux sur les chantiers car la communication est directe, les gens se disent les choses ouvertement", constate Michel Ledoux, avocat spécialisé dans la santé et la sécurité au travail, interviewé par Batiactu. "Il n'y a pas de non-dit car le chantier, par sa définition, est un travail d'équipe où règne une forme de solidarité. Cet esprit d'équipe résout une partie des problèmes."

 

Des conditions de travail plus rudes

 

Mais la crise du covid a amené son lot d'insécurité. Les travailleurs précaires, intérimaires et CDD courts ont été confrontés à un arrêt brutal de l'activité pendant le premier confinement, au printemps 2020. "Puis, la charge de travail liée à la reprise a été très forte pour les salariés, qui ont dû rattraper le retard accumulé", affirme l'avocat. Un rythme de travail effréné synonyme de stress. "La crise sanitaire a durci les conditions de travail des salariés des chantiers, devenues plus rudes avec la fermeture des cafés et restaurants."

 

Une situation difficile qui avait été maintes fois dénoncée par la profession, jusqu'à la décision de la ministre de la Cohésion des territoires, Jacqueline Gourault, le 15 décembre 2020, d'autoriser les collectivités territoriales à mettre à disposition des compagnons du bâtiment et des travaux publics des salles polyvalentes pour qu'ils puissent prendre leur pause déjeuner dans des lieux chauffés.

 

Dans les bureaux, plus d'inquiétude et de stress

 

En revanche, du côté des salariés du BTP qui travaillent dans des bureaux, la situation s'est compliquée avec la crise. "Le rythme de travail a considérablement accéléré, notamment avec les nouvelles technologies. Les gens sont ultra connectés, il faut être très rapide. C'est indéniablement une source de stress", relève Michel Ledoux. "Les entreprises travaillent-elles toutes à respecter les droits à la déconnexion ? J'en doute."

 

La crise du covid-19 a poussé les employés de bureau à pratiquer massivement le télétravail. "La frontière est devenue poreuse entre la vie professionnelle et la vie privée", ajoute-t-il. "Il est parfois difficile de travailler lorsque l'on a ses enfants autour de soi, en train de jouer, et qu'on n'a pas l'équipement adapté ou une mauvaise connexion Internet." A cela s'ajoute l'isolement que peuvent ressentir les salariés, qui ont des contacts distancés avec leurs collègues et leur hiérarchie.

 

Des outils fournis par le ministère du Travail

 

L'avocat observe également une hausse des fusions et restructurations d'entreprises depuis quelques années. Un facteur de risque supplémentaire d'insécurité professionnelle et d'inquiétude pour l'avenir, en temps de crise économique et sanitaire. Pour prévenir de tous ces risques psychologiques en milieu professionnel et accompagner les salariés et les entreprises, le ministère du Travail, de l'Emploi et de l'Insertion a récemment publié un communiqué faisant état d'outils essentiels. Le gouvernement conseille notamment aux managers de communiquer régulièrement sur les perspectives de l'entreprise ou encore d'être à l'écoute des difficultés des personnes en situation de fragilité. Aussi, réaliser des entretiens avec chaque salarié pour évoquer le travail, les ressentis et les éventuelles difficultés contribue à rassurer les salariés.

actionclactionfp