Le Gouvernement a publié, ce dimanche 31 janvier, un décret approuvant la concession à une filiale de Vinci, pour la construction de la rocade autoroutière de contournement de Strasbourg. Cet accord officiel entérine ainsi ce projet de 24 km d'autoroute débattu depuis plus de 30 ans.

Après des dizaines d'années de tergiversation, les négociations entre le Gouvernement et le groupement emmené par Vinci ont finalement abouti ces jours-ci autour du projet de contrat de concession du GCO Grand contournement Ouest de Strasbourg, ou encore appelé A355.

 

Après avoir été transmis tout récemment au Conseil d'État, le Gouvernement a publié, dimanche 31 janvier 2016, au Journal Officiel, le décret n° 2016-72 approuvant la convention de concession passée entre l'Etat et Vinci, la société concessionnaire de l'autoroute de contournement ouest de Strasbourg pour le financement, la conception, la construction, l'entretien, l'exploitation et la maintenance de l'autoroute A355.

 

D'une longueur de 24 kilomètres, cette nouvelle portion d'autoroute, viendra dans la continuité de l'actuelle A35. Ce projet, né dans les années 1970 mais régulièrement abandonné avant d'être relancé à la fin des années 1990, a pour optique de délester l'actuelle autoroute A35, régulièrement engorgée, qui dessert la capitale alsacienne.

Une nouvelle portion d'autoroute d'une longueur de 24 km

Rappelons que le groupe d'entreprises Arcos, dont le mandataire est Vinci Concessions -entité du groupe de BTP-, a été désigné au mois d'octobre 2015 pour réaliser le projet de cette nouvelle portion d'autoroute d'une longueur de 24 km.

 

Auparavant, l'ex-ministre des Transports, Frédéric Cuvillier, avait lancé le 19 février 2014 un nouvel appel d'offres pour la construction d'une rocade autoroutière de contournement à l'ouest de Strasbourg. En effet, une première procédure de mise en concession du projet n'avait pas pu aboutir en 2012 et s'était soldée par le retrait du groupe Vinci.

 

Alors que les partisans du GCO avancent une baisse du trafic et de la pollution autour de Strasbourg, ses opposants mettent en doute son utilité, soulignant aussi son coût élevé et des conséquences néfastes pour l'environnement. En cause notamment, l'emprise de nombreuses terres agricoles et la mise en danger d'espèces protégées, dont le grand hamster d'Alsace. Un collectif d'opposants au projet a d'ailleurs encore manifesté samedi 30 janvier, construisant une cabane sur le tracé du futur GCO.

 

actionclactionfp