BAROMETRE. Selon le ministère de la Cohésion des territoires, le nombre d'autorisations délivrées pour la construction de logements a reculé de 5% entre septembre 2017 et août 2018. En revanche, les mises en chantiers ont progressé de 3% sur un an. Mais les chiffres du dernier trimestre (juin-août 2018) sont dans l'ensemble négatifs.

Dans son baromètre habituel des chiffres de la construction de logements, le ministère de la Cohésion des territoires a dévoilé des statistiques en demi-teinte pour la période allant de septembre 2017 à août 2018. Les autorisations se sont rétractées de 5% par rapport aux 12 mois précédents, pour atteindre les 474.600 procédures : les individuels ont vu leurs autorisations accuser un recul de 5,3%, aussi bien dans l'individuel pur (-6,2%) que dans l'individuel groupé (-2,7%) ; les collectifs, y compris ceux en résidence, ont été logés à la même enseigne, en perdant 4,8%, une diminution valable tant pour les collectifs ordinaires (-5,1%) que pour les logements en résidence (-3,1%).

 

Les mises en chantiers ont enregistré pour leur part une hausse de 3%, soit 422.300 travaux débutés de septembre 2017 à août 2018. Plus précisément, les individuels progressent de 0,9%, tant dans l'individuel pur (+0,9%) que dans l'individuel groupé (+0,7%). Les logements collectifs, y compris en résidence, voient leurs mises en chantiers croître de 4,5%, une hausse portée par les collectifs ordinaires (+5,3%) mais impactée par les logements en résidence (-1,1%).

 

Autorisations et mises en chantiers en berne pendant l'été 2018

 

Entre juin et août 2018, les autorisations de logements à la construction ont continué à reculer, avec -2,8% en comparaison aux trois mois précédents, où la diminution avait déjà été de 5,5%. En regardant plus précisément les typologies de logements, il s'avère que les individuels encaissent mieux le coup (-2,4% après -11,9%) que les collectifs, y compris ceux en résidence (-3% après -1%).

 

Toujours en données trimestrielles, les mises en chantiers baissent de 1,1% entre juin et août 2018, après -5,7% sur les 3 mois précédents. Dans le détail, l'individuel poursuit sa dégringolade (-3,1% après -4%), mais le collectif, y compris en résidence, relève la tête (+0,5% après -7%).

 

Des taux d'annulation et des délais d'ouverture de chantiers en hausse

 

Dans son baromètre, le ministère de la Cohésion des territoires s'intéresse également au taux d'annulation des logements autorisés à la construction. Au mois d'août 2018, celui-ci a été de 10,9% pour les individuels, ce qui confirme une stabilité observée depuis plusieurs mois. Dans le collectif, ce taux poursuit la hausse amorcée au mois de juin 2018, après pourtant une baisse continue durant tout le premier semestre de l'année, pour atteindre les 25,8%.

 

Concernant les délais d'ouverture de chantiers, l'augmentation est là aussi de mise. En août 2018, le délai moyen pour les logements individuels a été de 5,3 mois, ce qui représente une légère progression depuis le début de l'année, sachant qu'il était de 5,1 mois en janvier. Au niveau des logements collectifs, le délai moyen est de 11,2 mois, là encore en augmentation depuis le début 2018.

actionclactionfp