STRATEGIE. A l'aube de ses 140 ans, le groupe familial de BTP cherche à accélérer la diversification de ses activités. Un pas en ce sens vient d'être franchi, avec une prise de participation majoritaire dans le façadier luxembourgeois Kyotec.


En 2021, le groupe Léon Grosse fêtera ses 140 ans. Entreprise familiale, toujours détenue à 85% par ce cercle, elle compte désormais plus de 2.000 collaborateurs et a réalisé, en 2019, un chiffre d'affaires de 826M€. Environ 90% de ce chiffre provient des activités de construction, et même principalement du bâtiment puisque les travaux publics ne représentent qu'environ 6% de l'activité.

 

"Nous avons un ADN très technique, nos fondamentaux sont basés sur cet aspect et sur notre capacité à réaliser des ouvrages complexes, vante Lionel Christolomme, président du directoire du groupe depuis 2019. Et nous devons aller de l'avant. Le monde de la construction se doit d'évoluer, d'aller vers plus d'industrialisation, d'améliorer la qualité, les délais et la réponse aux clients alors que les contraintes évoluent elles-mêmes de jour en jour."

 

Prise de participation majoritaire dans Kyotec

Il vous reste 82% à découvrir.
Ce contenu est réservé aux abonnés
Déja abonné ? Se connecter

Abonnez-vous maintenant pour le lire dans son intégralité
Et bénéficiez aussi :
D’un accès illimité à tous les articles de Batiactu
D’une lecture sans publicité
De toutes les interviews et analyses exclusives de la rédaction
actionclactionfp