IMMOBILIER D'ENTREPRISE. Quels bureaux demain ? Quelle répartition sur le territoire ? Quels modes de travail ? Une étude de Colliers International a dégagé cinq scénarios d'évolutions pour l'immobilier d'entreprise.

Les experts invités par Architecture Studios pour deviser, le 16 octobre, sur l'avenir des bureaux ont dégagé plusieurs pistes pour l'organisation future des entreprises, leurs choix de localisation sur le territoire, et les modes de travail. Frédérique Miriel, directrice du département conseil en environnement de travail et accompagnement au changement chez Colliers International, a présenté les cinq scénarios envisagés dans une étude menée par le conseil en immobilier d'entreprise.

 

Statut quo

 

Le premier scénario est celui du statut quo : "dans ce scénario, on assiste à une simple évolution des bâtiments vers quelque chose de plus vertueux". Ceux-ci sont, plus encore qu'aujourd'hui, des vitrines pour attirer les collaborateurs, avec le souci toujours plus marqué de l'optimisation des mètres carrés. Le télétravail et le coworking restent "une soupape de flexibilité". Rien ne change vraiment, dans ce scénario, en termes de localisation des bureaux.

"Démocratie d'entreprise"

Le second scénario est intitulé "les vertus de la transition énergétique" : des normes et réglementations ambitieuses sont mises en place de manière concertée, le fort développement des technologies est mis au service du confort des travailleurs, dans un esprit de "démocratie d'entreprise". L'emploi reste majoritairement salarié mais les travailleurs trouvent d'autres sources de développement personnel en réduisant leur temps de travail au sein de l'entreprise principale, pour développer d'autres activités, associatives ou au sein d'entreprises tierces. La région parisienne reste très attractive pour les sièges sociaux, mais on assiste à la multiplication de tiers lieux, à proximité des domiciles, servant au télétravail.

 

Eclatement des localisations

 

"Nouveau départ vers les territoires". C'est l'intitulé du troisième scénario, celui de "la recherche d'une meilleure qualité de vie". Les travailleurs s'éloignent des centres métropolitains, les entreprises se répartissent beaucoup plus sur le territoire. Un scénario où l'intelligence artificielle a néanmoins détruit beaucoup d'emploi, et où un grand nombre de travailleurs sont indépendants et flexibles. Il n'y a plus de siège social à proprement parler, plutôt "des hubs propres à l'entreprise ou multi-entreprise". Le coworking et le co-living se déploient massivement.

 

Scénario pessimiste

 

Le scénario "Castes digitales et fractures territoriales" est "le plus pessimiste", prévient Frédérique Miriel. Dans celui-ci, la prise de conscience de l'urgence climatique est imposée par l'Etat. Les transports sont renchéris, et toutes les transformations sont subies. La recherche de performance et l'intelligence artificielle apportent beaucoup de destructions d'emploi. Les entreprises deviennent des plateformes virtuelles plutôt que des lieux. Les travailleurs qui ont les compétences sont pouponnés tandis que les autres sont relégués.

 

Refondation par le local

 

Le dernier scénario est celui de la "dépendance technologique et de l'indépendance professionnelle". La prise de conscience s'est ici faite au niveau local. Le développement de la vie "au niveau d'écoquartiers" amène les travailleurs à faire le choix d'aller vers des petites entreprises, "à taille humaine, avec plus de sens". La grande entreprise réagit en faisant appel beaucoup plus aux PME qui y gagnent au rapport de force. Les environnements de travail seront beaucoup plus dispersés, même si les grandes entreprises resteront dans les centres urbains. Il y a beaucoup plus de travailleurs indépendants.

 

"Il n'y a pas une réponse aux enjeux de demain", conclut Frédérique Miriel. "L'environnement de travail va évoluer mais on ne sait pas encore exactement comment".

actionclactionfp