Alors que la 14ème Biennale d'architecture prendra ses quartiers habituels à Venise, du 7 juin au 23 novembre prochains, l'architecte et historien Jean-Louis Cohen, commissaire du Pavillon français, vient de rappeler les grandes lignes de son "contrepoint" : "La modernité, promesse ou menace ?".

"La modernité, promesse ou menace ?", telle est la réponse de l'architecte et historien Jean-Louis Cohen, commissaire du Pavillon français, au thème proposé par l'architecte néerlandais Rem Koolhaas à l'occasion de la 14ème Biennale d'architecture qui prendra ses quartiers habituels à Venise du 7 juin au 23 novembre prochains.

 

Le choix de Jean-Louis Cohen s'est, en effet, imposé, il y a quelques mois, du côté du ministère des Affaires étrangères et du ministère de la Culture et de la Communication, pour apporter une contribution au thème "Fundamentals" proposé par Rem Koolhaas, commissaire général de la Biennale.

 

"Sous le titre 'La modernité, promesse ou menace ?', le projet de Jean-Louis Cohen propose une lecture critique et dialectique du chemin de l'architecture française à travers cette modernité, en s'appuyant sur des moments clés qui mettent en lumière ses contradictions comme ses élans utopiques", a rappelé, mardi 15 avril, Aurélie Filippetti, ministre de la Culture et de la Communication.

 

Pavillon français et Jean Prouvé
Jean Prouvé donnant une conférence au Conservatoire National des Arts et Métiers (CNAM), c.1968, collection privée. © Edmond Remondino, offert par Dominik Remondino
Un pavillon français de 310 m²
La densité des contenus mis en scène dans un édifice de 310 m² installé dans les Giardini par l'agence Projectiles, architecte et scénographe du pavillon, a conduit ainsi le commissaire à opter pour une démarche thématique. "Le dispositif sera celui d'éléments surprenants polarisant l'attention dans chaque salle", ajoute Jean-Louis Cohen.

 

Une exposition, un film et un livre
"Enveloppant ces objets, un récit filmique projeté sur des grands écrans restituera la dimension épique de l'histoire, à partir d'actualités cinématographiques, de films de propagande et de brefs extraits de films de fiction". Au programme dans quatre salles : "Jacques Tati et la villa Arpel : objet de désir ou machine ridicule ?", "Jean Prouvé : imagination constructive ou utopie ?", "La préfabrication lourde : économies d'échelle ou monotonie ?" enfin "Le grand ensemble d'habitation : hétérotopie salvatrice ou lieu de réclusion ?".

 

Par ailleurs, une publication accompagnera le Pavillon français "La modernité en France : promesse ou menace ? 101 bâtiments 1914-2014", sous la direction de Jean-Louis Cohen aux éditions Dominique Carré.

 

"La France porte l'ambition de former des architectes aptes à concevoir des architectures pertinentes, en relation aux innovations des technologies autant qu'aux représentations du monde que nous donnent les sciences humaines", a conclu Aurélie Filippetti. En ce sens, le Pavillon français éclaire les promesses de l'architecture qui permettront de construire le monde de demain."

 


actionclactionfp