ARTISANAT. Les artisans et entreprises du bâtiment désireux d'investir dans un utilitaire électrique pourront prochainement bénéficier d'un élargissement des bonus à l'achat de ces véhicules. Avec des prix pouvant parfois dépasser les 60.000 euros, les versions électriques des fourgons sont encore largement boudées.

Aucun segment de véhicules n'échappe à la mode de l'électrique, même les utilitaires pour professionnels. Suite à une réunion entre les ministres de l'Économie Bruno Le Maire, du Travail Élisabeth Borne, de l'Industrie Agnès Pannier-Runacher et des Transports Jean-Baptiste Djebarri, avec le Comité stratégique de la filière automobile le 26 avril dernier, Bercy a décidé de supprimer le plafond de 60.000 euros limitant les bonus accordés pour l'acquisition de fourgons électriques. "Les dispositifs de bonus et de prime à la conversion seront ajustés pour réduire l'écart de coût d'acquisition et d'usage qui apparaît aujourd'hui trop important pour développer les ventes sur ce créneau", explique un communiqué du ministère de l'Économie.

 

Car si environ 107.000 immatriculations de véhicules électriques tous segments confondus ont été recensées en France en 2020, ce qui a permis de multiplier par plus de trois cette part de marché par rapport à 2019, les ventes d'utilitaires électriques, elles, n'arrivent pas à décoller. Cette mesure doit donc permettre de soutenir le secteur automobile à l'heure de la relance post-Covid tout en accélérant la transition énergétique du parc de véhicules, chez les particuliers comme chez les professionnels. Ces derniers peuvent effectivement être tentés par des Renault Master, Fiat Ducato et autres Mercedes-Benz Sprinter en version électrique, mais certains modèles voient leurs tarifs dépasser le plafond des 60.000 euros. Un chiffre qui peut décourager le professionnel à concrétiser son investissement.

 

Bornes de recharge, autonomie, charge utile... les freins sont encore nombreux

 

En parallèle, les constructeurs ont pris l'engagement de renforcer leur offre de "véhicules zéro émission" sur les segments des véhicules utilitaires légers (VUL) et des véhicules industriels, avec pour objectif de tripler la part de marché des VUL électriques d'ici deux ans. Le Gouvernement mise en outre sur le déploiement des bornes de recharge, corollaire indispensable à l'achat et à l'utilisation d'un véhicule électrique. "Cet été, 156 aires de services sur les 368 du réseau autoroutier seront équipées de bornes de recharge rapide. Fin 2021, elles seront 192. Une enveloppe de 100 millions d'euros y est consacrée dans le cadre de France Relance", souligne à ce sujet Bercy.

 

Mais les problématiques de prix et de logistique ne sont pas les seules à freiner les professionnels dans l'achat de tels véhicules d'après nos confrères des Échos, qui mettent aussi en avant la question de l'autonomie - la plupart des modèles électriques n'atteignant pas les 170 km - et celle du poids de la batterie. Plus celle-ci est importante, plus elle fournira d'autonomie au véhicule, ce qui peut être particulièrement utile lorsque ce dernier est lourdement chargé ou que la climatisation est en fonctionnement par exemple. Sauf qu'une batterie plus imposante prend par définition plus de place, restreignant ainsi la charge utile. L'autre solution pourrait se trouver du côté des VUL à hydrogène, sur lesquels les groupes Renault et Stellantis (Peugeot-Citroën) auraient commencé à plancher.

actionclactionfp