CONJONCTURE. Les conditions de crédit toujours favorables conduisent désormais la Fédération française du bâtiment à tabler sur une hausse de 1,3% de l'activité du secteur et sur la création de 25.000 emplois, cette année.

"Pour une fois, on peut dire 'merci les banques' !" A l'origine de la gratitude de Jacques Chanut, le président de la Fédération française du bâtiment (FFB) : les conditions très favorables d'octroi de crédit, qui soutiennent la demande dans le logement neuf et, partant, les carnets de commandes du secteur de la construction. Dans l'individuel diffus, les ventes sont reparties à la hausse, avec une croissance de 4,7% du 1er janvier à la fin juillet, en rythme annuel, a annoncé la FFB ce mardi 10 septembre, lors d'une conférence de presse. Du côté des permis, la tendance est également à l'amélioration, avec une progression de 1,3% de mai à juillet, par rapport à la même période de 2018.

 

"Cela s'explique très clairement par l'accès au crédit. Personne n'avait envisagé, il y a neuf mois, que les taux des crédits immobiliers continueraient à baisser", explique Jacques Chanut. La poursuite du repli des taux, tombés en août à un nouveau plancher de 1,19% dans l'ancien selon l'Observatoire Crédit Logement/CSA, le maintien de la durée moyenne d'emprunt au niveau élevé de 228 mois, et la diminution continue de l'apport personnel exigé par les banques ont permis à des ménages modestes de concrétiser leur rêve de faire construire leur maison. La FFB table ainsi sur la production de 400.000 logements neufs cette année. Ce qui représente certes une baisse par rapport aux 430.000 logements neufs de 2018 mais, "si ça se stabilise à ce niveau, ce ne sera pas une crise du logement", souligne Jacques Chanut.

 

Sur la base de cette "bonne surprise d'une activité qui tient", la FFB a relevé ses prévisions pour 2019. L'activité du bâtiment devrait croître de 1,3% cette année, alors que la FFB tablait en décembre sur un recul de 0,5%. Le secteur devrait ainsi créer 25.000 emplois cette année, un chiffre cinq fois supérieur à la prévision initiale de 5.000.

 

Inquiétudes sur le CITE et le PTZ

 

Mais "une politique du logement ne se joue pas sur une politique bancaire", a rappelé Jacques Chanut. Le prêt à taux zéro (PTZ) dans les zones B2 et C, en revanche, est à ses yeux "un outil de politique de politique du logement et d'équité sociale." C'est pourquoi sa disparition dans ces zones détendues, programmée pour le 1er janvier 2020, figure parmi les principales menaces pour l'activité du secteur, selon la FFB. "Des discussions ont lieu avec le ministre du Logement, pour voir ce qui peut être pérennisé", indique Jacques Chanut.

 

La FFB a également "des contacts quasi-quotidiens avec le cabinet d'Emmanuelle Wargon [secrétaire d'Etat auprès de la ministre de la Transition écologique ; Ndlr]" au sujet du projet de réforme du crédit d'impôt transition énergétique (CITE), qui doit être transformé en prime à partir de l'an prochain pour les ménages précaires et très précaires. "Cela nous inquiète beaucoup, à la fois sur la complexité et sur l'enveloppe globale. Très clairement, le compte n'y est pas. Notamment pour la tranche intermédiaire (de revenus) : 15 euros pour une fenêtre, ça ne vaut pas la quincaillerie, et il existe un manque évident pour les chaudières à gaz à très haute performance énergétique", critique Jacques Chanut. Qui pointe également du doigt l'exclusion du dispositif des 9ème et 10ème déciles de revenus, lesquels "représentent 50% à 60% du marché, et qu'il faut inciter à faire des travaux de rénovation énergétique de façon globale."

 

Le Premier ministre Edouard Philippe devrait rendre ses arbitrages sur le sujet "dans les prochains jours", avance Jacques Chanut, sachant que le CITE sera inclus dans le projet de loi de finances 2020. Egalement au menu du PLF 2020 et de discussions en cours entre la FFB et Bercy : la suppression de l'accès au gazole non routier et le rabotage de la déduction forfaitaire spécifique. Le compte à rebours s'accélère, le PLF devant être présenté en conseil des ministres le 25 septembre.

actionclactionfp