Afin de pouvoir réunir au même endroit plusieurs générations, ce petit pavillon de banlieue a dû s'agrandir. La surface du terrain (seulement 150 m2), sa déclivité et les nombreuses règles à respecter, notamment en termes de volumes, ont poussé l'architecte à faire preuve d'astuces. "Pour réaliser ce projet de vie commun, l'idée était de capitaliser sur le bien existant. La base de la maison a donc été conservée et plusieurs extensions ont été ajoutées, ce qui a permis de créer un vrai lieu de vie multigénérationnel, avec un appartement indépendant pour la grand-mère et un autre pour la famille".

actioncl