SÛRETÉ. Le phénomène de corrosion observé sur plusieurs réacteurs nucléaires doit faire l'objet d'un "état des lieux actualisé" d'après l'autorité de sûreté. EDF lui a déjà fait parvenir les analyses issues d'une première salve de contrôles, mais le gendarme de l'atome lui demande d'approfondir le sujet.


Après avoir épluché avec l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) les éléments qui lui avaient déjà été transmis, l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a indiqué dans une note publiée le 24 février 2022 avoir demandé davantage d'informations à EDF pour le phénomène de "corrosion sous contrainte" - ou CSC dans le jargon - observé sur plusieurs réacteurs. Concrètement, les investigations menées par l'électricien national sur des réacteurs de la centrale de Penly (Seine-Maritime) ont démontré que ce problème de corrosion s'observait sur "les tuyauteries du système de refroidissement à l'arrêt du circuit primaire principal".
Il vous reste 73% à découvrir.
Ce contenu est réservé aux abonnés
Déja abonné ? Se connecter
PROMO ÉTÉ 2022 - abonnement 12 mois ETENDU jusqu’au 30 SEPTEMBRE 2023
Abonnez-vous maintenant pour le lire dans son intégralité
Et bénéficiez aussi :
D’un accès illimité à tous les articles de Batiactu
D’une lecture sans publicité
De toutes les interviews et analyses exclusives de la rédaction
actionclactionfp