FORMATION PROFESSIONNELLE. Suite à la signature d'un partenariat entre le réseau des CFA du BTP et l'organisation WorldSkills France, les présidents respectifs des deux organisations, Eric Routier et Armel Le Compagnon, dressent pour Batiactu un portrait de l'apprentissage en France en cette rentrée marquée par la crise du coronavirus. Et de détailler les actions menées pour accroître l'attractivité et l'excellence des métiers de la construction.


Le Comité de concertation et de coordination de l'apprentissage du BTP (CCCA-BTP) et l'organisation WorldSkills viennent de signer une convention de partenariat pour renforcer l'attractivité et l'excellence des métiers de la construction. Du point de vue de chacune de vos structures, quels sont les objectifs de cette démarche ?

 

Eric Routier : Notre objectif est simple : mettre en valeur nos apprentis, les jeunes qui sont inscrits dans nos différents CFA (Centres de formation des apprentis), leur faire comprendre que les compétences qu'ils acquièrent peuvent leur permettre de concourir. Pour les formateurs et les administrateurs du réseau du CCCA-BTP, cela nous permet aussi de lancer ces jeunes pour qu'ils deviennent le fer de lance, la vitrine des métiers du BTP : on fait en sorte que des jeunes fassent comprendre à d'autres jeunes l'intérêt, la montée en compétences et les évolutions de ces métiers. Tout le monde peut arriver à un niveau supérieur dans ce secteur d'activité. A terme, c'est également intéressant pour l'employeur qui peut faire valoir les compétences de ses apprentis auprès de ses clients.

 

Armel Le Compagnon : WorldSkills France a besoin d'être au plus près des jeunes pour établir un 'sourcing' beaucoup plus développé en vue des finales des Olympiades des métiers, qui auront lieu en 2023. Il s'agit pour nous de se rapprocher de l'excellence des métiers et des centres de formation, tout en expliquant aux jeunes ce qu'est l'excellence, quels sont le sens et l'intérêt de la compétition. Plus largement, nous voulons entretenir une vraie dynamique de performance avec ces élèves.

 


Nos métiers demandent aussi une certaine technicité avec notamment l'utilisation des nouvelles technologies, et notre branche permet encore aujourd'hui de démarrer tout en bas de l'échelle et de terminer tout en haut, si l'on souhaite bien sûr gravir les échelons. Chef de projet, chef d'équipe, conducteur de travaux, directeur d'agence, ingénieur ; il y a beaucoup d'évolutions possibles. Le diplôme est la clef pour ouvrir la porte, et ensuite on acquiert l'expérience sur le tas. -Eric Routier

 


Il y a depuis de nombreuses années un problème d'attractivité des métiers du bâtiment et des travaux publics auprès des jeunes. Le secteur a-t-il toujours du mal à les orienter vers ses métiers ou la situation a-t-elle tendance à s'améliorer ?

 

Eric Routier : La situation s'améliore, mais surtout si on communique. Avec les partenaires sociaux, les métiers du BTP ont tout de même fait d'énormes progrès dans les domaines de la sécurité, de l'hygiène et des conditions de travail. Nos métiers demandent aussi une certaine technicité avec notamment l'utilisation des nouvelles technologies, et notre branche permet encore aujourd'hui de démarrer tout en bas de l'échelle et de terminer tout en haut, si l'on souhaite bien sûr gravir les échelons. Chef de projet, chef d'équipe, conducteur de travaux, directeur d'agence, ingénieur ; il y a beaucoup d'évolutions possibles. Le diplôme est la clef pour ouvrir la porte, et ensuite on acquiert l'expérience sur le tas. Mais c'est vrai que ce n'est pas toujours évident d'attirer les jeunes vers nos métiers, qui sont en plus enrichissants à titre personnel, car ils sont riches d'enseignements et permettent de ne jamais faire la même chose au même endroit. Qui plus est, notre branche professionnelle prévoit de prendre en charge les frais de déplacement, et un apprenti du BTP a 20% de rémunération en plus par rapport aux autres branches, ce qui peut s'avérer intéressant pour les jeunes salariés.

 

Armel Le Compagnon : Dans le cadre de ce partenariat avec le CCCA-BTP, nous menons une dizaine d'actions dans une quinzaine de CFA pour renforcer la cohésion et la confiance des équipes issues du secteur de la construction. D'abord, afin de repérer et d'accompagner les talents, nous organisons des "masters class WorldSkills", afin de former les potentiels candidats à l'excellence, et nous initions, auprès des formateurs, des parcours d'élite en mettant à leur disposition les outils et moyens de WorldSkills France, mais aussi en créant une communauté de formateurs propre à chaque métier du BTP.
Il vous reste 61% à découvrir.
Ce contenu est réservé aux abonnés
Déja abonné ? Se connecter
Abonnez-vous maintenant pour le lire dans son intégralité
Et bénéficiez aussi :
D’un accès illimité à tous les articles Batiactu+
D’une lecture sans publicité
De toutes les interviews et analyses exclusives de la rédaction
actionclactionfp