XPAIR. Si 2018 était déjà une bonne année pour les adhérents de l'Association française pour les pompes à chaleur (Afpac), 2019 devrait être encore meilleure. Ceci grâce à de nouvelles dispositions dans le domaine de la rénovation énergétique, comme nous l'expliquent Thierry Nille (président) et ses vice-présidents.

"La rénovation fera partie de l'actualité, avec une forte demande en 2019", annonce d'emblée Thierry Nille, le président de l'Afpac. Ce marché particulier devrait faire l'objet d'un fort développement. "Déjà, 2018 était une belle année de transition, avec une évolution des PAC aérothermiques et géothermiques. En tout, 100.000 appareils ont été installés, ce qui constitue un record, auxquels ils faut ajouter 120.000 appareils de production d'eau chaude sanitaire", poursuit-il, satisfait. Par rapport à ses voisins européens, la France connaîtrait une situation particulière, très favorable pour les solutions de PAC et de chauffe-eau thermodynamiques. Le président de l'Afpac ajoute : "Nous avons une belle filière d'excellence, avec des artisans qualifiés (QualiPAC/Qualit'EnR…)". En tout, entre 6.500 et 7.000 professionnels seraient titulaires d'une des marques de qualité.

 

Pour l'année qui vient, les industriels se montrent optimistes, même si le début d'année est calme, avec une fiscalité encore incertaine pour l'instant. L'accélération pourrait survenir dès le 2e trimestre. Valérie Laplagne, vice-présidente de l'Afpac, fait le point sur les aides publiques : "La loi de finances a bien été publiée mais l'arrêté qui précise les équipements bénéficiant du Crédit d'impôt Transition énergétique (CITE) n'est pas encore là. Il est attendu sous peu et normalement il ne devrait pas connaître de changements". Ce qui signifie que le taux de crédit d'impôt sera maintenu à 30 % pour les pompes à chaleur tout en incorporant cette année le coût de la pose (sous conditions de ressources qui, elles aussi, doivent être précisées dans un décret non encore publié). La dépose d'une cuve de fioul, lors du remplacement d'un système de chauffage polluant par un autre plus vertueux, sera même couverte à hauteur de 50 %. L'éco-PTZ, simplifié, ne comprendra plus qu'une seule catégorie de travaux à partir du 1er...

 

Découvrez gratuitement la suite de cet article sur XPAir (Batiactu groupe) en cliquant sur ce lien

actionclactionfp