APPEL À PROJETS. Le gouvernement veut massifier l'agriculture urbaine dans les quartiers populaires urbains avec son dispositif "Les quartiers fertiles". Une nouvelle vague de lauréats vient d'être annoncée.

L'agriculture urbaine ne cesse de gagner du terrain en France. Pour soutenir ce type d'agriculture, le gouvernement vient d'annoncer les 48 nouveaux lauréats de l'appel à projets "Les quartiers fertiles". Le but de ce dispositif ? Déployer l'agriculture urbaine au cœur des quartiers prioritaires de la ville.

 

Ce projet à la fois social, environnemental, pédagogique et économique s'inscrit dans le cadre du Nouveau programme national de renouvellement urbain, qui accompagne et finance la transformation de 450 quartiers prioritaires situés de France métropolitaine et d'outre-mer. L'accès de tous à une alimentation saine et locale est ici vu comme une priorité.

 

Un budget de 34 millions d'euros

 

75 lauréats ont été désignés depuis le 7 décembre dernier. " Plus de 100 fermes urbaines ont déjà été financées", a assuré le ministre de l'Agriculture, Julien Denormandie. L'enveloppe budgétaire totale de ce projet a été estimée à 34 millions d'euros, dont 13 millions d'euros provenant du plan France Relance.

 

"Les habitants des quartiers prioritaires de la politique de la ville ont droit, autant que les autres citoyens de notre pays, à une nourriture saine et aux bienfaits de la transition écologique et des espaces végétalisés là où ils vivent ", a jugé Nadia Hai, ministre déléguée chargée de la Ville, dans un communiqué. Des propos qu'a soutenus Olivier Klein, président de l'Anru (Agence nationale pour la rénovation urbaine), en qualifiant l'agriculture urbaine de "sujet innovant".

 

Des projets fleurissent un peu partout en France

 

Parmi les 48 nouveaux projets sélectionnés, 31% produisent des légumes, 18% des fruits et 8% de la volaille. Ils sont également 32% à produire en pleine terre, 8% à posséder des ruches et 7% des élevages. On trouve notamment à Marseille les Jardins tremplins d'Air Bel, qui veut mettre en place des jardins partagés et créer une cuisine solidaire. À Besançon, la ferme urbaine de la Planoise abritera des serres pour produire des aliments à destination des habitants. Ces serres seront chauffées par le réseau de chauffage urbain. Plus au sud, près de Grenoble, le projet de la commune de Saint-Martin-d'Hères consistera à créer une champignonnière dans un parking silo en jachère.

 

D'autres projets de ce type devraient voir le jour bientôt. Le gouvernement vient de lancer une troisième tranche d'appel à candidatures. Les intéressés ont jusqu'au 16 juillet pour déposer leur dossier sur le site de l'Anru.

actionclactionfp