Dans son dernier baromètre, la Fédération des centres de gestion agréés (FCGA) observe un redressement du chiffre d'affaires en 2015 dans les TPE de l'artisanat du bâtiment : -2,7 % contre -7,5 % un an plus tôt. Découvrez quels sont les métiers qui souffrent de la conjoncture économique.

Pour la Fédération des centres de gestion agréés (FCGA), qui vient de publier en partenariat avec la Banque Populaire*, son dernier baromètre fait état d'un redressement mais avec des taux toujours négatifs dans les TPE de l'artisanat du bâtiment.

 

"L'artisanat du bâtiment, locomotive économique des TPE, se redresse difficilement avec un chiffre d'affaires de - 2,7 % en 2015 contre - 7,5 % en 2014", signale l'étude. Tout en précisant que "toutes les professions du secteur améliorent relativement leur chiffre d'affaires sans pour autant renouer véritablement avec la croissance."

 

La profession de carrelage-faïence toujours à la peine

 

Dans le détail, la profession de carrelage-faïence, toujours à la peine, améliore relativement son activité en 2015 : - 5,2 % contre - 12,1 % en 2014. "Cette activité métier apparaît néanmoins, et pour la troisième fois consécutive, parmi les pires résultats de l'année", souligne l'étude.

 

Pour le baromètre de la FCGA, deux facteurs peuvent expliquer cette contre-performance : "Le manque de chantiers dans le neuf et l'essoufflement du marché de l'entretien-rénovation dans l'ancien." Une double menace qui affaiblit, d'ailleurs, la plupart des autres corps de métiers de l'artisanat du bâtiment, estime l'étude.

 

L'activité des entreprises de plâtrerie-staff-décoration chutent en 2015

 

Dans la lignée des professions qui souffrent, les activités des entreprises de plâtrerie-staff-décoration se détériorent encore en 2015 : - 4,7% contre - 2,1 % l'année précédente. "A l'instar des carreleurs, ces professionnels subissent directement les effets de la raréfaction des chantiers sur le marché du neuf comme dans l'ancien", explique la note.

 

Parmi les autres activités qui se redressent difficilement, l'étude cite l'électricité
(- 3,8 %, contre - 8,7 % en 2014), le terrassement-travaux publics (- 3,6 % contre - 6,6 % en 2014) et enfin la peinture (- 2,9 %, contre - 7,9 % en 2014).

 

Augmentation du chiffre d'affaires des agences immobilières de 3,5 %

 

En revanche, la bonne nouvelle vient du secteur de l'immobilier. Ce sont les agences immobilières, portées par la hausse des transactions, qui tirent leur épingle du jeu avec une augmentation du chiffre d'affaires de 3,5 % en 2015 contre (-9,4%) un an plus tôt.

 

"Après une stabilité au 1er semestre 2015 -entre 695.000 et 700.000 sur 12 mois glissants-, le volume des transactions a augmenté de façon continue et rapide depuis le mois de juin 2015 selon la Fédération nationale de l'immobilier (FNAIM)", signale l'étude. Jusqu'à atteindre et peut-être même dépasser les 800.000 ventes en 2015, ce qui équivaut à une hausse de 15,6 %.

 

*Méthodologie
Etude réalisée par la Fédération des centres de gestion agréés (FCGA) en partenariat avec Banque Populaire à partir des chiffres d'affaires de 17. 000 petites entreprises de l'artisanat, du commerce et des services.

 

actionclactionfp