Hydroliennes, éolien flottant, appels à projet, décret contre les recours… A l'occasion des Assises de l'économie de la mer, le Premier ministre et Ségolène Royal ont inauguré la nouvelle usine Alstom de Saint-Nazaire (Loire Atlantique), et fait une série d'annonces dans ce secteur porteur. Détails.

"La France a besoin d'une industrie forte, cette usine est un symbole en matière de transition énergétique", a indiqué Manuel Valls, ce mardi 2 décembre 2014, à l'occasion de l'inauguration de l'usine Alstom à Saint-Nazaire (44). Un site qui devrait voir la création de 300 emplois directs et 2.000 emplois indirect, a renchéri Ségolène Royal, ministre de l'Ecologie.

 

Rien de tel donc que le secteur des énergies marines pour relancer l'économie française, selon lui. Et pour cela, il a annoncé un nouvel appel à projet pour l'éolien posé, qui sera lancé en 2015, dont le volume sera fixé dans la programmation pluriannuelle de l'énergie et dont la procédure d'attribution sera revue, un dialogue compétitif remplaçant l'actuel appel d'offres "sur critères".

Deux lauréats pour les fermes-pilotes d'hydroliennes

En outre, sera lancé, en juin 2015, un appel à manifestation d'intérêt (AMI) de 150 millions d'euros pour les premiers projets de petits parcs éoliens flottants au large des côtes françaises. "Je sais qu'il est particulièrement attendu par les acteurs de la filière", a ajouté le chef du gouvernement. Les éoliennes flottantes, dont le modèle économique reste à confirmer, ont pour principal avantage de pouvoir être installées dans des mers trop profondes pour des éoliennes en mer classiques, posées au fond de l'eau.

 

Manuel Valls a également dévoilé les deux lauréats de l'appel à projets pour construire les premières fermes-pilotes d'hydroliennes au large du Cotentin, au Raz-Blanchard. Ce sont ainsi les groupements EDF-DCNS et GDF Suez-Alstom qui ont été choisis : le premier, Normandie Hydro, prévoit l'installation de sept hydroliennes d'une puissance totale de 14 MW, dont le raccordement final au réseau électrique est prévu à partir de 2018. "Les autres projets, en l'état, ne pouvaient pas être retenus. J'ai donc demandé au Commissariat général à l'investissement d'identifier les technologies les plus intéressantes pour les soutenir autrement", a précisé le Premier ministre.

Une page d'histoire industrielle qui s'écrit

Enfin, Ségolène Royal a précisé que le projet de décret relatif à la création d'une cour administrative unique, compétente pour juger les contentieux sur l'éolien en mer, est prêt et devrait être mis en consultation dans les prochains jours. Objectif : réduire la durée des périodes de recours et accélérer la réalisation des projets.

 

"Je me réjouis des perspectives ouvertes pour les énergies marines renouvelables, grâce à la co-entreprises avec General Electric qui vient de s'installer à Nantes (…)", a confié Manuel Valls, confirmant ainsi cette information datant d'il y a quelques semaines. Et de conclure ces Assises : "C'est une part importante de notre histoire industrielle qui va s'écrire ici".

actionclactionfp