Un an après la création d'une chaire de recherche à l'Ecole Centrale de Nantes par VM Béton Services (nouvellement Edycem), les deux partenaires dressent un premier bilan des travaux menés jusqu'ici. Ils précisent également les axes d'investigation qui seront privilégiés dans les quatre ans qui viennent.

Les partenariats entre industrie et laboratoires académiques se multiplient afin de faire progresser les connaissances sur les matériaux de construction. En février 2015, l'Ecole Centrale de Nantes et VM Béton Services (devenu Edycem entre-temps, au moment où VM Matériaux a été rebaptisé Herige), décidaient de créer une chaire d'enseignement et de recherche dédiée au béton, d'une durée de 5 ans. Le but : accélérer la recherche, la formation et les transferts de technologie autour des enjeux comme la durabilité du matériau ou l'efficacité énergétique des structures en béton.

 

Après un an de travaux, les deux établissements font un premier point d'étape sur les résultats obtenus. Centrale Nantes et Edycem précisent avoir "pu aboutir au renouvellement et à la valorisation du DTA (document technique d'application) de la chape fluide Kalkiss". Ce dernier est un mortier fluide à base de chaux et de ciment, préparé industriellement en centrale et mis en œuvre par pompage, qui est auto-nivelant et auto-lissant. Les recherches ont notamment permis de répondre aux questions "sur son comportement au jeune âge par temps chaud". Afin de poursuivre cette dynamique d'échanges, deux thèses de recherches vont être lancées cette année.

 

Une démarche pionnière entre une grande école et une ETI

 

Daniel Robin, le directeur général d'Edycem, explique : "Nous pouvons nous appuyer sur des équipements de recherche et d'études auxquels nous n'aurions pas pu avoir accès. Par exemple, les appareils de contrôle et de mesure des bétons nous apportent un gain de temps et améliorent notre efficience en termes de contrôle de nos matières premières (…) La richesse de cette chaire réside également dans l'apport transversal et le regard neuf que ces chercheurs nous apportent". De son côté, Ahmed Loukili, le professeur titulaire, renchérit : "La chaire a aussi permis de renforcer l'équipement technique du laboratoire par des appareils d'analyse modernes pour mener à bien la caractérisation expérimentale des matériaux étudiés (…) D'un point de vue purement pédagogique, la chaire participe à la formation d'élèves ingénieurs. Nous avons pu faire émerger des profils parmi les meilleurs, avec notamment la sélection de deux ingénieurs ayant effectué un Master recherche en parallèle de leur formation d'ingénieurs".

 

Les partenaires mettent en avant la proximité régionale, qui facilite les visites de sites et d'unités de production industrielles, et la démarche d'innovation et de réflexion autour des gammes de produits et services associés. Ahmed Loukili conclut : "En tant que laboratoire de recherche académique, cette collaboration nous permet d'être alimentés par de véritables attentes de terrain auxquelles nous apportons des réponses technico-scientifiques".

actionclactionfp