Un chef de service du groupe de BTP Bouygues a été mis en examen la semaine dernière dans une enquête sur l'attribution à Bouygues Construction du chantier du siège du ministère de la Défense à Balard. Il s'agit de la troisième mise en examen dans ce dossier depuis mai 2014 après celles de deux hommes, dont un officier.

Alors que le ministère de la Défense a pris possession fin février dernier des premiers bâtiments de son siège, à Balard, dans le 15ème arrondissement de Paris pour un déménagement prévu jusqu'à cet automne, les affaires judiciaires se poursuivent autour de l'attribution du chantier à Bouygues Construction.

 

Après deux quadragénaires mis en examen par deux juges d'instruction du pôle financier de Paris, en mai 2014, c'est au tour d'un chef de service du groupe de BTP Bouygues, d'être mis en examen la semaine dernière sur des soupçons de corruption et de favoritisme lors de l'attribution du nouveau ministère de la Défense.

 

Les enquêteurs se demandent si cette personne a pu être en possession de documents qu'elle n'aurait pas dû avoir, a expliqué une source proche du dossier. Son chef de mise en examen n'a pas été précisé par la source judiciaire.

Aucun commentaire de Bouygues et du ministère de la Défense

"Le groupe Bouygues a été informé la semaine dernière de la convocation d'un de ses collaborateurs mais n'a pas eu d'autre information depuis. En l'absence d'autres éléments, le groupe ne commente pas une enquête en cours", a expliqué Bouygues dans une réaction transmise à l'AFP par son avocat.

 

Pour rappel : le procureur de la République de Paris avait ouvert le 21 février 2012 une information judiciaire confie à deux juges d'instruction du pôle financier de Paris. Leurs investigations portaient déjà sur des faits présumés de corruption et de favoritisme et s'intéressaient au même intermédiaire (Ndlr : chargé d'opérations en 2012 des marchés publics et des constructions immobilières à France Télévisions). Un intermédiaire "important" d'après un rapport de synthèse des enquêteurs, qui le présente comme proche des groupes Bouygues et Vinci, rappelle une archive du Nouvel Observateur en mars 2012. Ils cherchaient à cette période quel rôle il avait bien pu jouer dans l'attribution de ce chantier réalisé sur près de 320.000 m².

 

L'enquête se poursuit, nous confirme-t-on. De son côté, le maître d'ouvrage, le ministère de la Défense, nous a confié par la voix de la Délégation pour le regroupement des états-majors et des services centraux de la Défense (Dresd) - n'avoir aucun commentaire à faire. "C'est le ressort de la Justice, une longue enquête est en cours", nous signale-t-on.

 

Avant de faire un point sur la prise de possession du site : "Près de 4.000 militaires et civils ont déjà pris leurs quartiers. Lorsque tout le personnel du ministère aujourd'hui éparpillé sur douze sites parisiens aura rejoint les lieux à l'automne, ils seront 9.000 à articuler la politique de défense française depuis le Pentagone."

 

actionclactionfp