TRANSITION. Dans le cadre de la prochaine révision de la stratégie de réduction des émissions de CO2, Nicolas Hulot a publié les 184 indicateurs de suivi, dont celui concernant le secteur du bâtiment. Ce dernier reste fortement émetteur et devra redoubler d'efforts pour diminuer son empreinte. Décryptage.

La France s'est dotée d'une Stratégie nationale bas-carbone (SNBC) qui doit être révisée en 2018, afin de fixer une nouvelle trajectoire de réduction des émissions de gaz à effet de serre et tendre ainsi vers la neutralité carbone à l'horizon de 2050. Pour y parvenir, le ministère de la Transition écologique et solidaire vient de publier un panel d'indicateurs de suivi qui vont permettre aux différents secteurs économiques de peaufiner leur contribution. Nicolas Hulot déclare : "La publication de ces indicateurs va permettre à tous de mieux saisir les enjeux de notre Stratégie nationale bas-carbone. La révision de celle-ci s'inscrira dans la continuité des mesures que je présenterai fin janvier pour accélérer la transition énergétique".

 

Logement et tertiaire flambent de l'énergie

 

L'ambition imposée par le Plan Climat nécessite en effet de renforcer les mesures déjà annoncées de réduction des gaz à effet de serre. Le gouvernement prévoit d'augmenter le prix de la tonne de CO2 sur la durée du quinquennat et d'éliminer les passoires thermiques dans les 10 ans. Sur ce dernier point, 4 Mrds € seront par exemple alloués au plan de rénovation annoncé le 24 novembre dernier par Nicolas Hulot et Jacques Mézard, son homologue de la Cohésion des territoires.

 

En consultant les indicateurs, on découvre que le secteur "Bâtiments" en France, est un très important contributeur, à quasi-égalité avec l'agriculture, légèrement au-dessus de 88 millions de tonnes d'équivalent CO2 par an. Ces deux secteurs restent loin derrière les transports (163 Mt/an) mais ils devancent encore largement l'industrie (81,5 Mt/an) et la production d'énergie (50 Mt/an). Le secteur "résidentiel-tertiaire" est en effet un énorme consommateur d'énergie (44 % de l'énergie finale) qui va devoir devenir plus sobre en carbone à l'avenir. Le ministère note : "On observe, dès 2015, des résultats déviants fortement de la trajectoire SNBC, et supérieurs à la part sectorielle indicative des budgets-carbone, malgré des conditions climatiques favorables (hivers plus doux que la moyenne). Les premières estimations pour 2016 indiquent un dépassement de +11 % par rapport à l'objectif annuel".

 

S'affranchir de la météo et des cours du baril

 

Malgré ce regain, les niveaux restent comparables à ce qu'ils étaient en 1990, loin des pics observés au début des années 2000, où plus 100 Mt/an étaient relâchées dans l'atmosphère. Le rapport dévoile : "Les fluctuations interannuelles observées s'expliquent principalement par les conditions climatiques : plus l'hiver est rigoureux, plus le secteur des bâtiments émet des gaz à effet de serre (…) D'autres facteurs conjoncturels, tels que la baisse du prix du pétrole, ont également contribué à l'écart observé en 2016". Les conditions météorologiques ou économiques impactent donc lourdement le bilan carbone du secteur. Situation que la SNBC cherche à modifier en visant progressivement une décorrélation au moyen d'une meilleure efficacité énergétique et de l'adoption de sources renouvelables décarbonées.

 

Signe encourageant, le ministère fait valoir que malgré l'accroissement de population enregistré entre 2010 et 2015, la consommation d'énergie du secteur "bâtiments" a baissé : -0,9 % dans le résidentiel et -1,9 % dans le tertiaire. Une tendance positive mais non suffisante, en particulier pour le logement, dont la dérive est déjà qualifiée de "préoccupante". D'après les analystes, l'écart proviendrait principalement du chauffage avec une surconsommation des énergies carbonées (+40 % de pétroles raffinés). La Stratégie nationale bas-carbone entend mettre l'accent sur les rénovations thermiques, afin de diminuer cette demande, tout en allégeant les factures des ménages et en créant des emplois locaux. "Cependant, malgré une mobilisation croissante des propriétaires privés pour la rénovation énergétique, les investissements publics et privés dédiés à la transition énergétique (volet Bâtiments) n'ont augmenté que de +7,7 % entre 2014 et 2015, alors que le scénario de référence envisageait +22,17 %", commente le document. Les auteurs préconisent d'un "important renforcement des mesures pour initier la massification" de la rénovation. Il est prévu que la feuille de route pour la rénovation thermique des bâtiments soit publiée prochainement.
actionclactionfp