Six mois après sa création, le réseau des "Points rénovation info service" dresse un premier bilan de ses missions d'aide aux propriétaires souhaitant se lancer dans la rénovation énergétique de leurs biens immobiliers. Quels conseils sont prodigués ? Qu'attendent les particuliers ? Eléments de réponse.

Depuis la mise en place du guichet unique national et du réseau de proximité des "Points rénovation info service" (PRIS), les opérateurs ne chôment pas : 50.000 ménages ont engagé des travaux de rénovation énergétique, pour un montant supérieur à 760 M€. Selon leur situation (propriétaires occupants ou bailleurs) et leurs revenus, les particuliers sont orientés vers le bon interlocuteur. "Dans le cadre du programme 'Habiter mieux', il y a une vérification de leur éligibilité en matière de ressources et qu'aucun prêt à taux zéro n'est en cours. Il y a également un rappel des exigences de ce programme tel que le gain de 25 %, voire 35 % dans le cas des propriétaires bailleurs", souligne Maxime Dubois, le responsable de la délégation Anah du Val de Marne. Chaque projet bénéficie ensuite d'un accompagnement personnalisé par un opérateur qui, après avoir évalué la situation du ménage et l'état du logement, aide à élaborer le côté technique ainsi que le montage financier du dossier. Cet interlocuteur aide également lors de la réception des travaux au paiement de la subvention. D'autre part, l'aide à la prestation d'assistance à la maîtrise d'ouvrage se monte à 557 €.

 

Bouquet de travaux…
Youssef El Ouali, architecte du PACT de l'Est parisien (PRIS Anah) et conseiller Info Energie (PRIS Ademe), résume les interventions en huit étapes : "L'analyse socio-économique par téléphone, la définition du projet de travaux, la réalisation du diagnostic de performance énergétique, les préconisations et recommandations techniques, le suivi du projet, son adaptation à la capacité financière du maître d'ouvrage en montant les demandes de financement, la visite de fin de chantier et enfin, la validation des factures et le déblocage des fonds". Pour le restant de facture à la charge des ménages, les opérateurs orientent vers l'éco-prêt. L'architecte souhaite combattre les idées reçues sur la priorisation technique des travaux opposant enveloppe et systèmes. Il insiste au contraire sur la réalisation de bouquets efficaces : "Combles et chaudière assurent un gain moyen de 35 à 40 %", assure-t-il. De son expérience du PACT Est-parisien, il rappelle l'importance du bon traitement de l'enveloppe avec l'isolation thermique des toitures, des parois verticales et celle des planchers bas. Le changement (ou le remplacement) des systèmes de chauffage, d'eau chaude sanitaire et de ventilation est également recommandé, suivi d'une orientation vers les énergies renouvelables comme le bois ou le solaire. Le conseiller Info Energie reconnaît que le gain de 25 % est parfois difficile à atteindre et que le rôle de médiateur entre les particuliers et les entreprises peut être complexe. "On voit des devis difficilement recevables en l'état", explique-t-il, demandant au passage une montée en compétence des artisans et des professionnels en général.

 

… ou priorisation ?
De son côté, Lise Garnier, responsable de l'Espace Info Energie (PRIS Ademe) du Val-de-Marne, évoque d'autres difficultés. "Les conseillers Info Energie de l'Ademe ne peuvent pas se rendre en personne sur les lieux, et sont donc dépendants des renseignements que peuvent leur apporter les particuliers sur la construction, avec toutes les imprécisions que cela comporte", raconte-t-elle. Outre cette confiance relative aux éléments fournis, la responsable signale qu'il n'existe pas de leviers financiers importants pour les ménages aux ressources moyennes, dont les revenus dépassent légèrement les plafonds fixés pour l'attribution d'aides. "Il y a l'éco-PTZ mais s'ils sont déjà en train de rembourser un emprunt, ils atteindront la limite d'endettement autorisé. Et le crédit d'impôt est intéressant mais il oblige à avancer les frais". Elle se voit donc obligée de recommander une priorisation des étapes de travaux et leur étalement dans le temps.

 

Des recrutements nécessaires
Les 253 Points rénovation info service, qu'ils soient dépendants de l'Anah ou de l'Ademe, constatent une forte augmentation de leur consultation pendant les campagnes de communication télévisée et radiodiffusée. Les premiers soulignent une augmentation du nombre de leurs sollicitations et de leur impact, ressentant une forte demande d'accompagnement. Des projets de travaux plus nombreux nécessiteraient une multiplication des opérateurs et un renforcement des équipes opérationnelles, par le biais des emplois d'avenir voire d'embauches. "Pour les PRIS-EIE, il est difficile de suivre les personnes conseillées car il n'y a pas d'accompagnement renforcé, tout comme il est difficile de lancer d'importants programmes de travaux en l'absence de leviers financiers", regrette Lise Garnier. Une chose est sûre, les PRIS auront encore beaucoup de travail avant d'atteindre l'objectif de 500.000 rénovations par an.
actionclactionfp