Les travaux menés par les médiateurs missionnés par le Gouvernement, pour l'aider à trancher sur le dossier Notre-Dame-des-Landes, n'ont pas convaincu des élus du Grand Ouest. Certains parlent même d'un "échec".

Décidément, le projet de l'aéroport à Notre-Dame-des-Landes continue de faire parler. Et le dossier semble encore loin d'être clos. Dernier événement en date, la restitution ce lundi 23 octobre 2017 des travaux menés par les trois médiateurs nommés par le gouvernement pour l'aider à trancher sur ce dossier controversé. L'ensemble des élus des collectivités présents sont ressortis "médusés", affirme le Syndicat mixte aéroportuaire (SMA) du Grand Ouest, mardi dans un communiqué. Cette médiation gouvernementale est "déjà un échec", ont estimé mardi des élus du Grand Ouest, qui entendent écrire à Emmanuel Macron pour l'alerter sur ce qu'ils jugent être une "manipulation grossière", rapporte l'AFP.

 

Les collectivités finançant le projet de nouvel aéroport nantais précisent que "les médiateurs n'ont présenté que des expertises sur le réaménagement de Nantes-Atlantique (l'actuel aéroport, qui aurait dû initialement être transféré à Notre-Dame-des-Landes en 2017, NDLR) alors que les tribunaux ont rappelé à maintes reprises que cette option ne relevait pas d'une 'alternative avérée au transfert' ". "Rien sur les conséquences dramatiques d'un renoncement en terme d'étalement urbain et donc de consommation foncière et agricole. Rien sur la manière +d'apaiser l'ensemble des acteurs et de rétablir l'ordre public+ pourtant clairement explicitée dans la lettre de mission" des médiateurs, qui doivent rendre leur rapport avant le 1er décembre, déplorent les collectivités.

 

"Cette médiation n'est plus qu'une énième expertise totalement illégitime et inefficace", président du syndicat mixte, Philippe Grosvalet

 

"Pire", selon elles, "les médiateurs ont avoué leur embarras en affirmant: +nous ne sommes pas là pour mettre les gens d'accord, nous ne +parviendrons pas un consensus+ alors que c'est pourtant semble-t-il l'objectif même de la médiation", affirme le SMA dans son communiqué. "Cette médiation n'est plus qu'une énième expertise totalement illégitime et inefficace", a accusé le président du syndicat mixte, Philippe Grosvalet, par ailleurs président (PS) du conseil départemental de Loire-Atlantique, qui entend écrire "dès demain (mercredi) au Président de la République (...) afin de l'alerter sur cette manipulation grossière".

 

Pour rappel, le SMA, très critique sur cette médiation jugée "partiale", avait annoncé le 4 octobre avoir demandé à la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) d'étudier un "éventuel conflit d'intérêts" après la nomination par les médiateurs de deux experts membres de la Fondation créée par le ministre de la Transition écologique, Nicolas Hulot, accusée par les pro-aéroport d'ingérence.
actionclactionfp