Distillé un peu partout dans les villes, le mobilier urbain fait partie intégrante de l'architecture des métropoles. Si son orientation vers le développement durable est indéniable, les designers ne délaissent pas pour autant l'aspect esthétique. Quelles sont les nouvelles tendances en la matière ? Quels sont les enjeux du secteur ? Enquête.

Alors que les métropoles amorcent leur mutation avec la création d'éco-quartiers, de villes durables, les secteurs liés à ces problématiques donnent également la réplique.

 

Parmi eux, il y a ce qu'on appelle le mobilier urbain : des objets venant faciliter et embellir la vie des citoyens : bancs publics, jardinières, jeux pour enfants, éclairages, vélos, abribus… «Ce ne sont pas de simples moyens de transition, mais de véritables produits qui font partie du quotidien», explique Anna Loporcaro, commissaire de l'exposition Design City Luxembourg, qui s'est tenue du 23 avril au 6 juin au Luxembourg. Et l'imagination ne manque pas pour étonner le public. Récemment, on a pu voir des grenouilles collées aux abribus lors de la sortie du DVD du dessin animé La princesse et la grenouille, mais aussi des espaces composés de Leds ou encore des panneaux avec des plugs pour écouter de la musique.

 

Confort et solidité
D'autre part, avec l'apparition du développement durable, des stations de vélos en libre-service, la multiplication des moyens de transport (tramway, bus, train…) et des espaces verts, le mobilier urbain a dû s'adapter sans oublier pour autant ses principes fondamentaux : le confort et la solidité. «Le souci du secteur est surtout que cela tienne dans le temps et au temps. C'est pourquoi la tôle, l'acier sont des matériaux toujours aussi prisés», note Anna Loporcaro. C'est également la raison pour laquelle les villes font appel à des grands groupes comme JC Decaux pour leur mobilier. En effet, ces derniers prennent en charge non seulement la pose des produits, mais aussi le service après-vente : réparation, entretien et maintenance.

 

Un design adapté à chaque ville
Si ces critères de résistance et de fonctionnalité sont primordiaux, les villes sont aujourd'hui prêtes à y associer l'esthétique. Pour preuve, la mairie de Paris a demandé au designer Patrick Jouin d'imaginer ses nouveaux modules de toilettes publiques : «D'abord, c'est un objet pour Paris. Ici, l'image du mobilier urbain est très forte dessinée essentiellement par Guimard et les stations de métro. S'inspirer du végétal, pour garder une filiation avec le courant art déco, tout en l'interprétant différemment était un point de départ pour le design des toilettes», explique le créateur.

 

Le défi des architectes et des designers résident donc à laisser une empreinte, une identité au territoire : «Chaque ville s'identifie, à ses propres particularités. Par conséquent, il est intéressant de faire un travail d'analyse pour proposer des projets adaptés», renchérit Anna Loporcaro. Dans cet esprit, le designer Marc Aurel a imaginé des bancs en céramique pour Tripoli en Lybie traduisant la culture méridionale du pays : «Coulée, la céramique nous a permis de donner à la collection un aspect très précieux et de varier les effets de surfaces à l'image des ornementations et des tapis orientaux. Il nous a ainsi été possible de recréer, à travers ces objets urbains, une ambiance qui nous avait imprégnés lors de nos visites de la ville de Tripoli», indique l'artiste.

 

Démocratisation du design
L'utilisation du design dans le mobilier urbain est donc une nouvelle marque de sa démocratisation : «Ici, on atteint le grand public car c'est monsieur et madame-tout-le-monde qui est visé», précise Anna Loporcaro. Toutefois, elle souligne que les grands groupes s'octroient aussi les services des designers dans leurs catalogues. «Si les plus petites entités veulent se créer un chemin, il faudrait repenser un système établi par facilité. Les villes pourraient par conséquent mettre en place des services de maintenance, ce qui générerait de l'emploi mais pour cela, il faudrait repenser le système», confie Anna Loporcaro. Les débats semblent donc ouverts et nul doute que ces problématiques alimenteront la future Biennale internationale de mobilier urbain qui aura lieu prochainement à La Défense à Paris.

 


Découvrez l'interview du président du syndicat des professionnels du mobilier urbain et un panorama des différents éléments de mobilier urbain design en cliquant sur suivant.
actionclactionfp