Bus électrique à haut-niveau de service, nouvelles pistes cyclables… Anne Hidalgo enfonce le clou dans le dossier du réaménagement des quais de Paris. L'édile a présenté les futurs aménagements d'une zone s'étendant entre la gare de Lyon (12e arrondissement) et le pont de Saint-Cloud (Boulogne-Billancourt), et dont la mise en œuvre progressive débutera en 2018.

La maire de Paris poursuit sa volonté de chasser les voitures du centre de Paris. Vendredi, lors de ses vœux aux élus de la capitale, elle a affirmé que 2017 serait l'année du vélo avec une accélération de la mise en œuvre du plan dédié au doublement de la surface des pistes cyclables d'ici à 2020. Avec Christophe Najdovski, l'adjoint chargé des transports, elle a détaillé, ce dimanche 8 janvier, les futurs aménagements des quais hauts de la rive droite de la Seine (qui surplombent les voies sur berges) et de la rue de Rivoli.

 

Sur cet axe qui relie la place de la Concorde à celle de la Bastille, Anne Hidalgo prévoit d'implanter une piste cyclable protégée, à double-sens. Elle a déclaré : "Nous voulons lui redonner toute son attractivité, en faire un axe sur lequel on a plaisir à se promener, à flâner, à faire du shopping". L'élue prévoit que la circulation automobile sera mécaniquement réduite de moitié et qu'il "en sera de même pour les niveaux de bruit et de pollution, ce qui représentera un vrai progrès pour la qualité de vie des riverains et des salariés des boutiques en pied d'immeuble", a ajouté Christophe Najdovski.


Des véhicules de grande capacité pour un haut niveau de service

 

En parallèle, une ligne de transport en commun à haut niveau de service sera créée sur les quais hauts de la rive droite. Dans un premier temps, elle desservira des arrêts entre le pont de Saint-Cloud à Boulogne-Billancourt et la gare de Lyon (12e arrondissement), en passant par l'Hôtel de Ville (4e), mais pourra être prolongée jusqu'à Bercy et plus loin encore, vers les gares du Grand Paris Express du Val-de-Marne. "La concertation et les études de préfiguration se tiendront en 2017, pour une mise en œuvre progressive à partir de 2018", annonce l'adjoint aux transports qui met l'accent sur la légèreté des infrastructures. Le tram-bus électrique évoqué ne nécessitera en effet ni rail, ni caténaire. En revanche, les véhicules électriques considérés, seront de grand gabarit avec des longueurs de 18 ou 24 mètres (avec un ou deux soufflets d'articulation) et circuleront sur des voies réservées dans chaque direction. L'enveloppe prévue pour les travaux est de 35 M€.

 

La mairie de Paris, qui a lancé la rénovation de sept grandes places (Italie, Nation, Bastille, Gambetta, Panthéon, Madeleine, Fêtes), souhaite également s'attaquer à la piétonisation d'une autre esplanade, celle du Carrousel du Louvre, située dans le prolongement des Tuileries. Là encore, Christophe Najdovski précise : "En concertation avec la direction du musée, nous avons décidé de limiter la traversée de la place du Carrousel aux vélos, aux transports en commun et aux taxis. Le piétons pourront enfin profiter de ce monument dans un cadre calme et apaisé". Au-delà de ces mesures, Anne Hidalgo a décidé d'avancer en 2017 sur la piétonisation de plusieurs zones dans les 3e et 4e arrondissements. La maire de Paris conclut : "A l'image de la vaste zone piétonne Montorgueil-Saint-Denis, je pense que nous sommes en mesure de rendre, à très court terme, l'essentiel du Marais aux piétons, en limitant le trafic automobile aux seuls riverains, transports en commun et commerçants".

 

Paris aménagements rive droite
Paris aménagements rive droite © Ville de Paris

 

Découvrez les images des "quais hauts" de la rive droite dans les pages suivantes

actionclactionfp

Quais de Seine : le tram-bus

Paris tram-bus électrique
Paris tram-bus électrique © Reichen et Robert associés
A hauteur de l'Hôtel de Ville, la circulation des voitures pourra encore se faire... au milieu des voies de bus et des pistes cyclables.

Rue de Rivoli : la double piste cyclable

Paris piste cyclable
Paris piste cyclable © Céline Orsinger