VIADUC. Un des 12 câbles de précontrainte d'un segment du pont de l'île de Ré (Charente-Maritime) s'est rompu. Un événement sérieux mais pas rare de la vie d'un tel ouvrage. En attendant les réparations, des restrictions de circulation ont été mises en place pour les poids lourds.

Un des câbles du viaduc reliant l'île de Ré au continent a cédé mais pas de panique : il ne s'agit pas d'un pont à haubans et l'intégrité structurelle du pont n'est pas menacée. Aucune chance donc d'assister à un effondrement catastrophique comme celui du pont Morandi à Gênes. Pierre-Marie Audouin-Dubreuil, directeur général adjoint des services du département de Charente-Maritime, explique, ce 14 septembre 2018 : "Lors d'une visite de contrôle ordinaire, la rupture d'un des 12 câbles en acier de l'un des six viaducs, a été constatée".

 

Un câble du viaduc n° 2 (côté île)

 

De quoi s'agit-il exactement ? Le pont routier, d'une longueur de 3 km, est en réalité constitué de six viaducs indépendants, accolés les uns aux autres. Tous sont constitués de poutres mono-caisson réalisées en béton précontraint, comme sur la Route du Littoral à La Réunion. Ces presque 800 voussoirs, d'un poids unitaire de 80 à 130 tonnes, sont reliés les uns aux autres par 12 câbles de précontrainte pour chaque viaduc (soit 72 câbles en tout pour le pont). Les éléments d'acier, d'un diamètre de 15 cm et d'une longueur de plus de 400 mètres, donnent à l'ouvrage sa résistance au vent, à la dilatation et aux phénomènes sismiques. Le tablier quant à lui, de 15,5 mètres de large (deux voies de circulation plus une piste cyclable double et un large trottoir piéton) est libre et posé sur des patins fixés sur les 28 piles. Le pont, inauguré en mai 1988, a été conçu par le spécialiste français des ouvrages de franchissement Michel Virlogeux et construit par l'entreprise Bouygues. Il domine l'Atlantique d'une trentaine de mètres de hauteur, ceci afin de ménager quatre passes navigables entre ses piles.

 

Interdit aux convois exceptionnels, distance de sécurité pour les PL

 

Lionel Quillet, président de la communauté de communes de l'île, déclare à l'AFP : "Il faut prendre ça au sérieux et il est surtout important de comprendre pourquoi il a cédé". Avant d'ajouter : "On prend le maximum de précautions mais cela fait partie de la vie d'un pont". La circulation des poids lourds de plus de 40 tonnes (convois exceptionnels) a été interdite, tandis que les véhicules de plus de 3,5 tonnes doivent respecter une distance de sécurité de 200 mètres entre eux, afin de ne pas solliciter le viaduc de façon excessive. De même, la vitesse maximale sur le pont a été ramenée à 50 km/h contre 80 km/h en temps normaux. Des entreprises ont été contactées afin de remplacer le câble rompu le plus rapidement possible afin que les 11 autres ne subissent pas de dommages, à leur tour. La surveillance de l'ouvrage a été renforcée, avec des inspections quotidiennes à l'intérieur de la structure.

 

actionclactionfp