ENTRETIEN. RE2020, DPE, loi Climat... Un an après sa nomination à la présidence du Conseil supérieur de la construction et de l'efficacité énergétique (CSCEE), Christophe Caresche revient pour Batiactu sur les grands sujets qui ont marqué l'année. Et répond également à des critiques formulées à l'encontre du fonctionnement de l'organisme.


Christophe Caresche a été nommé président du Conseil supérieur de la construction et de l'efficacité énergétique (CSCEE) en novembre 2020. Depuis, s'est écoulée une année particulièrement chargée en matière d'actualité réglementaire pour le secteur de la construction, avec notamment des discussions tendues sur la réglementation environnementale 2020 (RE2020). Quelles leçons retient-il de cette année, et quels messages souhaite-t-il adresser à la filière ? Dans un entretien donné à Batiactu, le président du CSCEE revient sur tous ces points, en répondant au passage aux critiques qui ont été formulées à l'encontre du fonctionnement de l'instance.

 

Batiactu : Que retenez-vous de cette année en tant que président du CSCEE ?

 

Christophe Caresche : Je retiens en premier lieu une intense activité. En cette fin d'année nous aurons rendu 27 avis. Non seulement c'est beaucoup, mais cela concerne des textes souvent fondamentaux. Pourquoi ce dynamisme ? L'année 2021 a tout d'abord vu se concrétiser le socle réglementaire de la transition écologique et énergétique dans le secteur du bâtiment. Le CSCEE a, en conséquence, été très sollicité : je retiens notamment la RE2020 pour la construction neuve, le diagnostic de performance énergétique (DPE) pour la rénovation énergétique, et la filière de responsabilité élargie du producteur (Rep).

 

La seconde raison, c'est le déroulé du cycle législatif naturel : nous avons vu arriver, en 2021, la traduction réglementaire de textes législatifs majeurs votés durant le quinquennat, le dernier en date étant "Climat et résilience". Le gouvernement souhaite, et c'est bien légitime, finaliser son travail avant la fin de la mandature. Cela a pu générer une certaine tension du côté de l'administration, comme on l'a vu avec le DPE ou le report de l'obligation de l'audit énergétique.

 

Le CSCEE "a été tout sauf une chambre d'enregistrement"

 

Batiactu : Ces textes ont donné lieu à des débats parfois tendus... Et certaines organisations professionnelles reprochent au CSCEE d'avoir trop ressemblé à une "chambre d'enregistrement". Qu'en pensez-vous ?

 

Ch.C. : Il y a eu des débats difficiles, parfois conflictuels, notamment sur la RE2020. Et c'est bien normal. Au vu de la nature du texte discuté, et de ses conséquences potentielles pour les dix ans à venir, il est compréhensible qu'il suscite des inquiétudes de la part de certaines organisations professionnelles. Et je considère, par ailleurs, que le CSCEE et son président ne sont pas au-dessus de la critique !
Il vous reste 74% à découvrir.
Ce contenu est réservé aux abonnés
Déja abonné ? Se connecter
PROMO ÉTÉ 2022 - abonnement 12 mois ETENDU jusqu’au 30 SEPTEMBRE 2023
Abonnez-vous maintenant pour le lire dans son intégralité
Et bénéficiez aussi :
D’un accès illimité à tous les articles de Batiactu
D’une lecture sans publicité
De toutes les interviews et analyses exclusives de la rédaction
actionclactionfp