D'après les résultats d'une étude de la Dares au ministère du Travail, 11,8 % des très petites entreprises (TPE) dans le secteur de la construction ont eu recours en 2014 à un salarié à temps partiel et 14 % à un CDD. Enfin, 8,8 % de ces CDD sont des emplois aidés, en majorité des contrats d'apprentissage ou de professionnalisation.

Les très petites entreprises (TPE) ont regroupé 20% de l'emploi salarié concurrentiel en 2014, soit un salarié sur cinq, et eu davantage recours aux CDD et au temps partiel que les entreprises de dix salariés ou plus, signale une étude de la Dares, au ministère du Travail publiée ce mercredi 23 décembre 2015.

 

Au 31 décembre 2014, trois millions de salariés travaillaient dans plus d'un million de TPE (moins de 10 salariés), dont 1,2 million dans le secteur de l'artisanat, rappelle justement le service de statistiques du ministère du Travail.

 

Si les TPE emploient en moyenne 3 salariés, 32 % d'entre elles dans le secteur de la construction n'en comptent qu'un seul. Dans près de la moitié d'entre elles (Ndlr : 53 %) travaille au moins un non-salarié (gérant ou membre de la famille).

 

"Ces entreprises mono-salarié sont pour beaucoup dans l'enseignement privé (écoles de conduite), l'action sociale privée, l'immobilier, les arts et autres activités de service", expliquent les services de la Dares dans un communiqué.

Le recours au temps partiel plus fréquent que dans les grandes entreprises

Toujours dans le secteur de la construction, le recours au temps partiel est plus fréquent que dans les grandes entreprises. 11,8 % des salariés de TPE effectuent des temps partiels contre 16% ailleurs. Au final, plus l'entreprise est petite, plus le recours au temps partiel est important : 39,5% dans les entreprises "mono-salarié" alors qu'à l'inverse, dans les entreprises de plus de 100 personnes, ce taux est estimé à 15%.
Du côté des CDD (contrats à durée déterminée), ils représentent près de 14% des salariés des TPE dans le domaine du bâtiment, soit davantage que dans les entreprises de 10 salariés ou plus, dans lesquelles la part de CDD est de 7,6%.

 

D'ailleurs, 8,8 % de ces CDD sont des emplois aidés, en majorité des contrats d'apprentissage ou de professionnalisation, qui comprennent justement des baisses de charges.

 

Vers une augmentation du nombre de contrats aidés

 

Rappelons enfin que le nombre de contrats aidés crée par l'Etat (contrat unique d'insertion (CUI), emploi d'avenir, contrat de génération, etc.) y a, lui, augmenté de 17%. En détails, cela représente dans le secteur de la construction, 83,4% de salariés en apprentissage, 8,3 % d'entre eux en contrat de professionnalisation, 4,5 % en contrat unique d'insertion et enfin 3,8 % autres.

 

Au final, plus du quart des emplois aidés, marchands ou non, en France se trouvent dans les TPE conclut l'étude: soit l'équivalent de 225.000 salariés au total.

 


actionclactionfp