Les professionnels des renouvelables ont affiché leur contentement suite à la validation, par la Commission européenne, des dispositifs de soutien pour diverses filières, ainsi qu'au lancement de l'appel d'offres éolien terrestre par la ministre de l'Environnement.

"Trois textes majeurs et très attendus par les professionnels des énergies renouvelables ont été publiés ce matin au Journal Officiel", annonce le Syndicat des énergies renouvelables (SER). Suite à l'accord de la Commission européenne, trois dispositifs de soutien ont été validés pour l'éolien (fermes de 6 mâts maximum), le solaire photovoltaïque (installations de moins de 100 kWc) et le biogaz issu de stations d'épuration.

 

Des installations qui pourront donc bénéficier de contrats pour l'achat d'électricité et/ou de compléments de rémunération, ce qui donnera davantage de visibilité aux acteurs de ces filières pour lancer leurs projets. Jean-Louis Bal, le président du SER, déclare : "La montée en puissance des énergies renouvelables électriques, en particulier de l'éolien terrestre, du solaire photovoltaïque et du biogaz, est aujourd'hui confortée par la mise en œuvre de ces nouveaux outils comme s'y était récemment engagée Ségolène Royal". Le responsable s'est ensuite adressé au futur gouvernement afin qu'il "poursuive la stratégie de développement" de ces filières "en s'appuyant sur les dispositifs mis en place par la ministre". Une façon de demander le maintien des équipes en place et de plaider pour la continuité de leur action.

 

En complément, la ministre a lancé un appel d'offres pour les parcs de sept éoliennes au moins pour un volume total de 3.000 MW répartis sur trois ans. Là encore, le SER affiche sa satisfaction : "Avec cet appel d'offres et l'arrêté complément de rémunération publié ce jour, le cadre économique de la filière éolienne, qui a subi des à-coups depuis quelques années, est aujourd'hui enfin stabilisé".

actionclactionfp