RENOUVELABLES. Avec 750 mégawatts de nouveaux raccordements au réseau entre octobre et décembre 2021, la filière solaire a vu son volume de branchements nettement rebondir par rapport à l'été dernier, ce qui lui a permis d'achever un exercice très dynamique avec 2,57 gigawatts raccordés.


En 2021, le ciel aura été dégagé pour la filière solaire : avec 750 mégawatts de nouveaux raccordements au réseau entre octobre et décembre derniers, elle a vu son volume de branchements nettement rebondir par rapport à l'été précédent, ce qui lui a permis d'achever un exercice très dynamique avec 2,57 gigawatts raccordés. D'après les chiffres communiqués par le groupe de réflexion France Territoire Solaire dans son Observatoire de l'énergie solaire, l'électricité d'origine photovoltaïque n'a néanmoins représenté que 1,76% de la consommation brute de l'Hexagone.

 

 

Moins de surcoûts sur les charges publiques ?

 

Dans un contexte de flambée des prix des énergies, d'abord causée par la reprise économique mondiale post-Covid et maintenant alimentée par la guerre russo-ukrainienne, les professionnels du solaire veulent aussi attirer l'attention sur l'intérêt financier de leur filière, face à des tarifs d'électricité et de gaz qui s'envolent. Du fait d'un prix de marché de l'électricité très élevé au 4e trimestre 2021, "on observe une inversion sur les charges publiques et sur tous les segments", relève le dernier rapport de l'observatoire. "Le prix de leur électricité étant inférieur au prix de marché, ces installations permettent de faire des économies de charges publiques."
Il vous reste 69% à découvrir.
Ce contenu est réservé aux abonnés
Déja abonné ? Se connecter
PROMO ÉTÉ 2022 - abonnement 12 mois ETENDU jusqu’au 30 SEPTEMBRE 2023
Abonnez-vous maintenant pour le lire dans son intégralité
Et bénéficiez aussi :
D’un accès illimité à tous les articles de Batiactu
D’une lecture sans publicité
De toutes les interviews et analyses exclusives de la rédaction
actionclactionfp