POLÉMIQUE. Décidément remontés à bloc, les professionnels de l'énergie solaire sonnent la mobilisation générale contre le projet de décret du Gouvernement revoyant à la baisse les tarifs de rachat de l'électricité d'origine photovoltaïque pour les contrats antérieurs à 2011. Dans une tribune, ils dénoncent un "paradoxe" basé sur "des calculs complètement déconnectés de la réalité économique" de leur filière.


Alors qu'elle grondait depuis un moment, la colère de la filière photovoltaïque a fini par éclater lorsque le Gouvernement lui a envoyé son projet de décret revoyant à la baisse les tarifs de rachat de l'électricité d'origine solaire pour les contrats conclus avant 2011. La mesure, jugée violente d'un point de vue économique et incompréhensible d'un point de vue environnementale, doit potentiellement permettre à l'État d'économiser quelque 4 milliards d'euros sur 10 ans. Mais elle n'est bien sûr pas du tout du goût des professionnels du secteur, qui ont décidé de sonner la charge.

 

"Des baisses de revenus de 55% en moyenne et pouvant aller jusqu'à 95%"

 

Dans une tribune co-signée par le syndicat Énerplan, le Syndicat des énergies renouvelables (SER) et le collectif Solidarité renouvelables, et publiée ce 10 juin 2021, les craintes se focalisent sur la santé financière des entreprises du secteur et sur leurs 18.000 salariés. Estimant que "la filière photovoltaïque française est en danger", les professionnels redoutent "des baisses de revenus de 55% en moyenne et pouvant aller jusqu'à 95%", conséquence de la révision des tarifs.
Il vous reste 58% à découvrir.
Ce contenu est réservé aux abonnés
Déja abonné ? Se connecter
Abonnez-vous maintenant pour le lire dans son intégralité
Et bénéficiez aussi :
D’un accès illimité à tous les articles de Batiactu
D’une lecture sans publicité
De toutes les interviews et analyses exclusives de la rédaction
actionclactionfp