GRAND PRIX DE FRANCE. Longtemps cantonné au rôle de piste d'essais hivernaux, le circuit Paul Ricard connaît de nouveau l'excitation d'un weekend de course avec le retour de la Formule 1 en France. Le cabinet Architecture 54, qui participe à ses rénovations depuis 2008, a remodelé le tracé et adapté les tribunes. Découverte.

Cela faisait 10 ans que les fans français de Formule 1 n'avaient plus de Grand Prix national, malgré la présence d'une écurie (Renault) et de plusieurs pilotes de talent (Romain Grosjean, Esteban Ocon). Mais ce 24 juin 2018, les monoplaces les plus performantes du monde sont de retour dans le Var, sur le mythique circuit du Castellet. La piste, voulue par Paul Ricard dans les années 1970, avait déjà été délaissée au profit de Magny-Cours dans la Nièvre, mais elle avait connu une seconde jeunesse au tout début des années 2000 en devenant la High Tech Test Track (HTTT), une plateforme d'essais offrant pas moins de 167 combinaisons de tracés possibles, allant de 826 mètres à 5,86 km de longueur (celle utilisée par les F1).

 

Le cabinet d'Architecture 54, composé de Pascale Bartoli et Thierry Lombardi, œuvre depuis 2008 aux divers travaux de rénovation. Et, une fois de plus, le directeur du circuit, Stéphane Clair, a fait appel à ces spécialistes des sports mécaniques pour adapter l'enceinte à la Formule 1 de 2018. Les opérations ont été nombreuses, extensives mais rapidement menées entre l'année 2017 et ce printemps : la géométrie du tracé a été revue pour améliorer les possibilités de dépassements, le tarmac refait pour assurer l'adhérence des monoplaces et un centre de presse créé selon les besoins des journalistes.

 

Découvrez en images le nouveau visage du circuit Paul Ricard dans les pages suivantes

actionclactionfp