Dans 61% des dossiers de rénovation énergétique analysés en Midi-Pyrénées, les travaux portent sur le remplacement du système de chauffage principal, révèle l'Observatoire des Coûts de la Rénovation Energétique (OCRE). Détails.

A quoi pense un maître d'ouvrage lorsqu'il veut entreprendre des travaux de rénovation énergétique ? C'est à cette question que répondent notamment le CeRCAD et l'étude de l'Observatoire des coûts de la rénovation énergétique (OCRE) en Midi-Pyrénées, menée dans le cadre du Plan de rénovation énergétique. L'étude révèle qu'en 2014, 61% des dossiers analysés, ont porté sur des travaux de remplacement du système de chauffage. Un chiffre en hausse par rapport à 2012 où le remplacement du système de chauffage principal concernait 55% de ces travaux. "Lors d'un projet de rénovation énergétique, le remplacement du système de chauffage principal constitue très souvent le premier réflexe des ménages", note l'Observatoire. En effet, l'installation d'un système de chauffage d'appoint ne concerne que 11% des travaux de rénovation énergétique. Un résultat cependant en hausse par rapport à 2012 (9%).

 

Quelle source d'énergie ? Quelle installation ?


Bien qu'elle soit la source d'énergie la plus onéreuse, l'électricité est l'un des systèmes de chauffage les plus utilisés (82% des cas) avec le gaz naturel (83% des cas). Arrive ensuite le fioul dans 57% des cas. "Le bois énergie est conservé dans 46% des cas seulement", note l'étude, pour qui "ce constat peut s'expliquer, entre autres, par les contraintes liées à l'approvisionnement et l'alimentation d'un système de chauffage au bois-bûches et par la recherche d'un système combinant chauffage et rafraîchissement conformément au souhait de certains ménages".

 

Hors installation de système de chauffage d'appoint, ce sont les chaudières à condensation qui sont les plus installées et plus particulièrement les chaudières à gaz (35% des cas). En milieu rural, les chaudières fioul à condensation sont privilégiées (23%), précise l'étude. Viennent ensuite les systèmes de pompe à chaleur (PAC) air-air, solution assez répandue (14%) qui convient particulièrement aux "personnes sensibles aux chaleurs estivales dans la mesure où elle permet une utilisation en mode rafraîchissement". En quatrième position, on trouve les pompes à chaleur air-eau (11%). Enfin, les systèmes de chauffage au bois sont installés dans 10% des cas.

actionclactionfp