Selon les statistiques du Commissariat général au développement durable, les éco-activités ont mobilisé 447.200 emplois en 2014, soit une progression de 0,7% par rapport à 2013. Les énergies renouvelables représentent un cinquième de la production des éco-activités.

En 2014, les éco-activités correspondent à 447 200 emplois en équivalent temps plein, soit 0,7% de plus qu'en 2013, annonce le Commissariat général au développement durable dans une note publiée le 2 mai 2016.

 

Emplois équivalent temps plein en légère baisse

 

Si l'emploi dans les éco-activités (toutes activités confondues*) a légèrement augmenté en 2014, sa progression dans les énergies renouvelables a, quant à elle, baissé (-0,9%) par rapport à 2013. En termes d'emploi, les ENR mobilisent 55.750 emploi équivalent temps plein (ETP). Dans le détail, 31.850 d'entre eux concernent les services privés vendus, 14.950 les travaux publics et la construction et 8.900 la fabrication industrielle.

 

A noter cependant que les effectifs dans la production d'énergie, rassemblant la moitié des emplois des énergies renouvelables, sont en léger recul en raison de l'évolution du chauffage au bois. En effet, la baisse des effectifs comptabilisés sur ce secteur en 2014 est à relier à la baisse de la production de bois-énergie. La consommation de bois dans le résidentiel a baissé de 17 % en 2014, du fait de la diminution des besoins pour le chauffage des ménages, sous l'effet de températures hivernales très douces. En effet, 2014 est l'année la plus chaude depuis le début des relevés en 1900, selon Météo France.

 

Le secteur de l'installation a comptabilisé également moins d'ETP qu'en 2013, notamment dans le domaine du photovoltaïque. Pour cette énergie, les puissances installées ont augmenté par rapport à 2013, mais la structure des installations en fonction de la taille s'est modifiée. Par exemple, pour l'année 2013, 59 % des installations étaient de puissance inférieure ou égale à 3 kilowatts contre 41 % en 2014. Et, les besoins en main-d'œuvre par mégawatt étant plus faibles dans les grandes installations, les économies d'échelle ont compensé la hausse de la production et l'emploi n'a pas progressé. Toutefois, l'évolution de l'emploi dans les ENR est en hausse de 6,5% par rapport à 2004.

 

Un cinquième de la production des éco-activités

 

L'étude du Commissariat général au Développement durable souligne par ailleurs que la valeur ajoutée dans le domaine des énergies renouvelables est en progression de 3,8% à 5,2 milliards d'euros en 2014. La valeur ajoutée est portée par la hausse de la production d'énergie dans le photovoltaïque et l'éolien, indique l'étude.
En revanche, la production des équipements dans les énergies renouvelables a diminué, en cohérence avec la dégradation de la balance commerciale. La baisse de cette dernière pour les énergies renouvelables s'explique par une augmentation des importations (5,3% en 2014 par rapport à 2013) conjuguée à une chute des exportations (-7,7%). Tous les domaines, excepté l'hydraulique, sont concernés par des montants d'échanges moins élevés de la France à destination du reste du monde. Dans le détail, les cellules solaires, les machines génératrices pour l'éolien, les pompes à chaleur et les chauffe-eau solaires se sont moins exportés. A l'inverse, les importations sont tirées vers le haut par l'éolien et les pompes à chaleur.

 


(*) Les éco-activités sont les activités qui produisent des biens ou des services ayant pour finalité la protection de l'environnement ou la gestion des ressources.

actionclactionfp