CONJONCTURE. Ils ont augmenté de seulement 0,3% au deuxième trimestre, par rapport aux trois premiers mois de l'année, selon les données publiées par l'Insee ce vendredi 30 août. Soit un ralentissement par rapport au premier trimestre, quand les prix avaient progressé de 0,8%.

Coup de frein sur les prix des travaux d'entretien-amélioration des bâtiments. Ils ont augmenté de seulement 0,3% au deuxième trimestre, par rapport aux trois premiers mois de l'année, selon les données publiées par l'Insee ce vendredi 30 août. Soit un ralentissement par rapport au premier trimestre, quand les prix - hors TVA - pratiqués par les entreprises de la construction, pour les travaux d'entretien et d'amélioration des bâtiments résidentiels et non résidentiels, avaient progressé de 0,8% par rapport au dernier trimestre de l'année 2018. A noter que cette dernière évolution a été révisée à la hausse, par rapport à celle de 0,7% communiquée le 29 mai.

 

Le tassement du marché est particulièrement sensible pour trois domaines de travaux. D'abord la menuiserie, où les prix des travaux des travaux sont demeurés quasi stables (+0,2%) de janvier à mars, alors qu'ils avaient grimpé de 1,4% au premier trimestre. Ensuite pour les travaux de revêtement des sols et des murs, dont les prix ont encore moins bougé au deuxième trimestre (+0,2%) que sur la période de janvier à mars (+0,6%). Les prix des travaux ont même baissé dans le domaine de l'installation électrique, de 0,3%, après avoir augmenté de 0,7% au premier trimestre. Exception confirmant la règle, les travaux de construction spécialisés ont vu la hausse de leurs prix accélérer, passant de 0,7% sur les trois premiers mois de l'année à 1,2% au deuxième trimestre.

 

En rythme annuel, la tendance pour l'ensemble du marché est identique, avec une augmentation des prix de 1,3% au deuxième trimestre, par rapport à la même période de 2018, alors qu'ils avaient crû de 1,4% au premier trimestre, sur un an glissant. Cette progression de 1,3% est valable tant pour le non résidentiel que pour le résidentiel. Sur ce dernier marché, le recours aux professionnels de la rénovation est inférieur "au potentiel estimé", avait souligné le Club de l'amélioration de l'habitat le 18 juillet. Date à laquelle celui-ci avait publié son premier observatoire Habitants-consommateurs de l'habitat privé, qui tablait sur une croissance de 1% à 2% du marché des travaux de rénovation des résidences principales, en 2019. Une évolution "encore structurellement peu dynamique", avait-il pointé du doigt. Tout en soulignant le potentiel lié aux travaux de rénovation énergétique et d'adaptation des logements au vieillissement de la population.

actionclactionfp