MARCHÉ. D'après la dernière étude des Notaires de France et de l'Insee sur le logement ancien, les prix continuent à augmenter sur ce segment immobilier au 3e trimestre 2018 : la progression est de 1% à l'échelle nationale sur cette période, et de 2,9% sur un an.

Les Notaires de France et l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) ont publié leur dernière étude sur les prix des logements anciens dans l'Hexagone (hors Mayotte) pour le 3e trimestre de l'année 2018. Il en ressort que les tarifs ont augmenté de 1% sur cette période par rapport aux 3 mois précédents, après avoir déjà enregistré une hausse de 0,5%. Sur un an, la progression est de 2,9%, principalement tirée par les prix des appartements, qui engrangent +3,3% en un an, contre +2,6% pour les maisons. Cette situation s'inscrit dans la continuité d'une tendance observable depuis la fin 2016.

 

Les appartements parisiens voient leurs prix grimper de 6,2%

 

Dans le détail des régions, les prix des logements anciens en Ile-de-France enregistrent une augmentation de 1% par rapport au trimestre précédent, après +1,1%. Sur une période de 12 mois, les tarifs progressent à un rythme un peu moins soutenu qu'auparavant, de l'ordre de +3,5% après +4,1%. La hausse des prix des appartements franciliens se poursuit, bien qu'un léger ralentissement soit observable : +4,2% sur un an (+6,2% pour les appartements parisiens), après +4,9%. Quant aux maisons franciliennes, l'augmentation de leurs prix est aussi de mise, mais là encore dans une moindre mesure : +2% sur un an, contre +2,5% le trimestre précédent.

 

La province voit aussi ses prix augmenter

 

Pour les autres régions de l'Hexagone, les prix des logements anciens enregistrent +1% en comparaison au deuxième trimestre 2018, après +0,3%. Sur une période d'un an, les prix s'accroissent de 2,7%, après avoir déjà subi une série de hausses successives - 2,3% puis 2,4%. L'augmentation annuelle est sensiblement la même pour les maisons que pour les appartements, avec respectivement 2,7% et 2,6%. L'étude souligne toutefois que si la hausse des prix en province est moins conséquente que celle constatée pour l'ensemble de l'Ile-de-France (+3,5%), elle dépasse malgré tout celle observée en Ile-de-France hors Paris (+2,2%).

 

Un volume annuel de transactions immobilières élevé

 

Au 3e trimestre 2018, les Notaires de France et l'Insee notent que le volume annuel de transactions immobilières sur le segment du logement ancien reste à un niveau élevé. En septembre, le nombre de ventes réalisées au cours des 12 derniers mois était de 956.000, un niveau similaire au cumul annuel observé le trimestre précédent, de l'ordre de 954.000 en juin. Ce niveau est même plus important que celui enregistré un an auparavant, avec 948.000 transactions. Si les ventes sont rapportées au stock de logements disponibles, lequel progresse d'ailleurs d'environ 1% chaque année, la proportion de transactions est même équivalente à celle du début des années 2000.

actionclactionfp