INCIDENT. A Paris, le chantier d'évacuation de la poutre coffrante qui s'est effondrée sur les voies SNCF près d'Austerlitz dans la nuit du 1er décembre 2020 a commencé, selon les informations que Batiactu a obtenues. Les équipes sont mobilisées en 3x8, et travaillent donc 24h sur 24.

Faire vite mais en sécurité. Tel est l'objectif trois jours après l'effondrement lors de son installation par l'entreprise Freyssinet d'une poutre coffrante d'environ 300 tonnes sur les voies SNCF près de la gare d'Austerlitz. Comme l'expliquait Nicolas Ligner, directeur du RER C - ligne dont le trafic a dû être interrompu, comme celui des Intercités et TER -, peu après l'incident, le plus urgent était d'évacuer le coffrage. Une tâche qui s'annonçait délicate au regard de l'environnement contraint de la zone, rendue plus difficile encore car le coffrage, en tombant, s'est brisé en 4 morceaux.

 

Dans un premier temps, dès le 1er décembre, Freyssinet a sécurisé la zone et mis en place les moyens techniques et humains nécessaires, pour remettre rapidement en service les voies. Une nouvelle étape a commencé le 3 décembre, puisque le chantier d'évacuation de la poutre coffrante a pu démarrer comme le fait savoir un porte-parole de l'entreprise Freyssinet (filiale de Vinci Construction) à Batiactu . Il s'effectue en collaboration avec SNCF Réseau et l'entreprise Léon Grosse, mandataire du groupement auquel appartient Freyssinet.

 

Plusieurs morceaux d'une dizaine de tonnes

 

Comme l'avait suggéré dès le 1er décembre le président de Freyssinet, Christian Lacroix, les équipes mobilisées travaillent 24h sur 24, organisées en 3x8, pour évacuer la poutre coffrante dans les meilleurs délais. Au regard des spécificités de la zone d'intervention, les équipes devront la tronçonner en plusieurs morceaux d'une dizaine de tonnes chacun. Des équipements de levage de configurations différentes ont été affrétés en urgence pour cette opération délicate.

 

Pour la mener à bien, un platelage métallique est en cours d'installation dans la zone de chute, nous indique Freyssinet. Des tours d'étaiement seront ensuite mise en place pour soutenir la poutre coffrante et permettre de procéder à la découpe et à l'évacuation en toute sécurité.

 

Cause toujours inconnue


Pour le moment, les acteurs concernés ne s'avancent pas plus sur le délai des opérations à mener et une reprise du trafic. Comme cela avait été soufflé le 1er décembre, SNCF Réseau mise toujours sur une reprise autour du 10 ou 11 décembre 2020, comme l'indique le gestionnaire ferroviaire à Batiactu.

 

Pour rappel, l'incident s'est produit lors de la descente de la poutre coffrante sur ses appuis définitifs, pour une raison toujours inconnue. Cette opération était menée par Freyssinet sur le chantier du projet Aurore, dans la ZAC Austerlitz-Tolbiac-Massena, un immeuble autoporté au-dessus des voies SNCF.

 

Une opération habituellement bien maîtrisée

 

Freyssinet intervient sur ce projet aux côtés de Léon Grosse, mandataire du groupement. La filiale de Vinci Construction doit poser 9 poutres au total, deux ayant déjà été installées en septembre 2020. Ce type d'opération ne présente généralement pas de problème particulier et est bien maîtrisé, insiste Freyssinet.

 

Ce genre d'intervention, au-dessus des voies ferrées, est réalisé la nuit ou lors d'interruption de circulation, afin d'assurer la sécurité ferroviaire. Au moment de l'incident, qui n'a fait aucun blessé, une dizaine de collaborateurs intervenaient sur l'opération.

actionclactionfp