Les avenants du Plan de relance autoroutier conclus entre l'Etat et les sociétés concessionnaires, qui prévoit d'allonger la durée des concessions en contrepartie d'une vingtaine d'opérations d'un montant de 3,27 milliards d'euros d'investissements viennent d'être signés par le Gouvernement. La FNTP s'en félicite ce vendredi 4 septembre en restant toutefois vigilante.

Quelques mois après la signature du protocole d'accord du Plan de relance autoroutier conclu le 9 avril 2015 entre l'Etat et les sociétés concessionnaires d'autoroutes, place désormais aux avenants entérinés mercredi 3 septembre 2015 par le Gouvernement.

 

Les ministres Ségolène Royal (Ecologie), Emmanuel Macron (Economie) et Alain Vidalies (Transports) ont, en effet, annoncé dans un communiqué qu'ils ont signé ce plan de relance autoroutier des sept principales sociétés concessionnaires d'autoroutes : APRR, AREA, ASF, Cofiroute, Escota, SANEF et SAPN.

Une vingtaine d'opérations seront réalisées à la charge des sociétés concessionnaires

"En contrepartie de l'allongement de la durée des concessions, près d'une vingtaine d'opérations seront réalisées à leur charge pour un montant de 3,27 milliards d'euros", signalent ces trois ministres dans le même communiqué. Parmi ces opérations de raccordement, d'aménagement ou encore de sécurisation des voies sur l'ensemble du territoire, les trois ministères citent notamment la réalisation des raccordements d'extrémités sur la Route Centre-Europe Atlantique (RCEA) et la RN42 entre Saint-Omer et Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais), la mise à 2x3 voies de l'A13 entre Pont l'Evèque et Dozulé (Calvados), l'aménagement à 2x3 voies de l'A63 entre Ondres et Saint-Geours-de-Maremne (Landes), le complément de l'échangeur de Bailly-Romainvilliers (Seine-et-Marne) sur l'A4, l'achèvement de l'itinéraire autoroutier A50-A57 à Toulon ou encore la sécurisation des tunnels de l'A14 à l'Ouest de Paris. "Il comprend également de nombreuses opérations de mise aux normes environnementales", ajoute le Gouvernement. A noter que les appels d'offres devraient être publiés d'ici à la fin septembre 2015, nous indique une source proche du dossier.

Vers la création de 10.000 emplois directs et indirects

Au final, ces travaux de grande envergure qui devraient créer près de 10.000 emplois directs et indirects, seront réalisés pour plus de la moitié (55%) par des PME et PMI externes aux groupes autoroutiers. Par ailleurs, ce plan de relance prévoit aussi le gel des tarifs en 2015, mais la hausse annuelle contractuelle sera "étalée de 2016 à 2023", avait indiqué le PDG de Vinci, Xavier Huillard, fin juillet dernier.

 

Rappelons enfin, que le protocole d'accord signé le 9 avril 2015, prévoit, en outre, que les sociétés concessionnaires d'autoroutes s'engagent à verser un milliard d'euros à l'Agence de financement des infrastructures de transport de France (AFITF) dont 500 millions au cours des trois prochaines années.

La fin d'un bras de fer

Ce nouvel accord avait marqué justement la fin d'un bras de fer engagé à l'automne 2014 entre l'Etat et les concessionnaires, après un rapport publié en septembre 2014 de l'Autorité de la concurrence qui faisait état de la "rente" perçue par ces sociétés et de vives critiques de la ministre de l'Ecologie Ségolène Royal. Cette dernière avait expliqué qu'elle n'excluait pas l'hypothèse d'une résiliation des contrats de concession alors que le ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, avait souhaité "une remise à plat totale" pour obtenir un "rééquilibrage" des relations entre les sociétés autoroutières et l'Etat.

 


La FNTP réagit
De son côté, la FNTP, interrogée par Batiactu, ce vendredi 4 septembre, se réjouit de la signature des avenants du Plan de relance, en restant malgré tout vigilante : "Lorsque le plan de relance autoroutier avait été présenté le 9 avril 2015 par Emmanuel Macron au cours de notre assemblée générale, notre président Bruno Cavagné avait émis le souhait d'une création d'un observatoire indépendant qui veille à la répartition des travaux entre les PME (55 %) et sociétés concessionnaires (45 %). Bruno Cavagné sera maintenant vigilant pour que cet avenant soit bien respecté dans les prochains mois."

 

actionclactionfp