CONCOURS.

Quelques jours après avoir remporté l'immeuble de bureaux "ShAKe" à Lille, l'agence PCA-Stream dirigée par Philippe Chiambaretta gagne le contrat du nouveau centre d'art contemporain de Montpellier, (MoCO) sorti de terre entre les 16ème et 17ème siècles. La livraison de ce bâtiment d'exception est prévue avant l'été 2019.
Un futur projet ambitieux pour un bâtiment d'exception de 3.150 m² : l'Hôtel de Montcalm à Montpellier. Après le ShAKe à Lille doté d'une spirale qui déroule une promenade longue de 250 mètres jusqu'à un belvédère pour un immeuble de bureaux, l'agence PCA-Stream (Paris) remporte le contrat du nouveau centre d'art contemporain de Montpellier, (MoCO) sorti de terre entre les 16ème et 17ème siècles. Etaient en lice sur ce projet : Projectiles (Paris), Atelier d'architecture King Kong (Bordeaux) et Berger&Berger Architecture (Paris).

 

Ce projet imaginé par Philippe Saurel, maire de Montpellier, président de la Métropole de Montpellier contient quatre bâtiments : la Panacée et l'École Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Montpellier Méditerranée Métropole. L'objectif est de taille : fédérer la scène artistique du Sud de la France et rompre avec le centralisme culturel sans toutefois reproduire la recette "à la Bilbao" de l'objet spectaculaire figeant une vision du territoire.

 

Trois enjeux sur le plan architectural

 

Trois enjeux se dessinent alors sur le plan architectural : redonner une visibilité urbaine à cet hôtel particulier assoupi derrière ses grilles, à travers un dispositif signalétique et artistique ; exploiter la puissance de ce nouveau lieu comme moteur culturel du quartier ; enfin, incarner l'ambition internationale de Montpellier en tant que destination culturelle, en le positionnant au centre d'un réseau artistique régional, national et mondial.

 

"Cet ancien bâtiment militaire destiné un temps à devenir un musée de l'Algérie, l'Hôtel de Montcalm sera transformé en centre d'art contemporain", rappelle l'architecte Philippe Chiambaretta. Le parti de l'agence gagnante PCA-Stream consiste à écarter toute tentation de construire, voire toute tentation d'architecture dans le projet, signale l'architecte Philippe Chiambaretta. Son approche a été d'ausculter le potentiel du bâtiment et de son site - son parc, sa terrasse et ses perspectives, ses dépendances - pour identifier des points à réactiver de façon à libérer sa force créative. Cette démarche suit trois axiomes.

 

Le nouveau centre d\'art contemporain de Montpellier (MoCo) confié à Philippe Chiambaretta / PCA-STREAM
Vue du futur plan du projet. © Philippe Chiambaretta / PCA - STREAM

"Vers un travail de réenchantement de l'hôtel'"

 

"Nous proposons un travail de réenchantement de l'Hôtel de Montcalm par l'action d'artistes qui transformeront le fonctionnel en fictionnel, précise le même architecte. Cette fiction se déroulera en trois séquences : le Jardin magique, l'Hôtel réenchanté et la Cour des fêtes." Plusieurs points d'intervention marqueront la présence urbaine du MoCo : la grille du parc, les deux cyprès, le bassin, les allées latérales, le fronton de la façade, le sas d'entrée, la verrière de la façade sur cour et la toiture du mess des officiers.

 

"Vers une économie très stricte"

 

"Ce projet procède d'une économie très stricte, conclut la maîtrise d'œuvre parisienne. Édifier est onéreux et il est souvent plus pertinent de recycler et réutiliser que de détruire et recommencer. Partant de ce principe de sobriété, le projet dégage un budget pour les pièces des artistes qui seront produites spécifiquement pour le lieu. L'approche consiste à reprogrammer et recycler les investissements déjà effectués pour concevoir un bâtiment-outil au service des artistes et du public." Au total, cet établissement public de coopération culturelle (EPCC), qui sera opérationnel en juillet prochain, nécessite 22,5 millions d'euros d'investissement. Sa livraison est prévue avant l'été 2019.

actionclactionfp