PLAN LOCAL D'URBANISME. Le nouveau PLU de Paris, qui se veut "bioclimatique" et "de transformation", fixe une grille d'évaluation des projets selon neuf critères parmi lesquels les porteurs devront choisir de surperformer sur au moins trois d'entre eux. Parallèlement, un système de notation, non opposable, devra, par ailleurs, "valoriser les efforts des maîtres d'ouvrages".


La révision du plan local d'urbanisme de la Ville de Paris n'en est qu'à "mi-parcours", mais Emmanuel Grégoire, premier adjoint en charge de cette question, en a présenté les grands principes aux parties prenantes, le 24 juin. Et présenté une innovation majeure, système "inédit" d'évaluation des externalités positives des projets, en lien avec un outil de communication pour mieux faire accepter les nouvelles constructions.

 

"Le PLU de 2006 était un PLU de production. Il visait à des aménagements de grands espaces fonciers. Nous passons à un PLU bioclimatique de dentelle, de transformation, de rénovation thermique, mais aussi de protection patrimoniale renforcée, et de renforcement du végétal", explique le premier adjoint à un parterre d'urbanistes, d'architectes, ainsi que les principaux maîtres d'ouvrages de la capitale, publics et privés, réunis pour l'occasion au Pavillon de l'Arsenal. Pour autant, les ambitions en matière de production de logement sont plus que jamais d'actualité. " Il faudrait produite 6.700 logements par an pour loger le même nombre de personnes à Paris d'ici 2030, compte tenu du rétrécissement des ménages", avance l'édile.

 

Habitat-emplois : les déséquilibres se sont aggravés

 

Le prochain document ira "plus loin" dans la lutte contre les "déséquilibres habitat-emplois" qui existent dans la capitale, en particulier sur l'axe Défense-Paris centre, déséquilibres que non seulement l'ancien PLU n'a pas réussi à résorber, mais qui se sont "accentués avec la crise Covid".

 

Admettant que la Ville a pu "être accompagnante sur la création de bureaux pour produire du logement social", ce qui est "un effet pervers" du PLU de 2006, Emmanuel Grégoire annonce la suppression du bonus de constructibilité de 10% pour les bureaux lors d'une rénovation, dans les secteurs déséquilibrés, ainsi que la transformation du "secteur de protection de l'habitation" en "secteur de développement de l'habitation". Par ailleurs, une servitude de mixité fonctionnelle sera instaurée, interdisant de fait, au-delà d'un certain seuil, les opérations monofonctionnelles.

 

En ce qui concerne la servitude de logement social, le premier adjoint annonce l'abaissement du seuil de déclenchement et l'augmentation du taux de HLM "là où il en manque le plus", c'est-à-dire le centre et l'ouest, dont certains quartiers seront désormais classés en "hyper-déficit". En outre, de nouveaux emplacements réservés aux logements sociaux sont prévus. Le bail réel solidaire (BRS), qui n'existait pas en 2006, fera son entrée dans le document.

 

Mettre fin aux "phantasmes gabaritaires" qui provoquent des ventes de fonciers à des prix "invraisemblables"

 

Pour ce qui est des règles morphologiques, le nouveau PLU comportera des évolutions, affirme l'élu. D'abord, proportionnalité entre la hauteur du bâti et la largeur de la voie devient la règle. Mais, "pour éviter une banalisation du tissu par la hauteur maximale autorisée", le document introduira la notion de séquence urbaine, qui va "obliger les porteurs à tenir compte de la diversité des hauteurs" autour du bâtiment projeté. Un bonus de constructibilité de 10% sera instauré pour la production de logement, et l'accès à la toiture devra systématiquement être possible.

 

D'une manière générale, le document devra "apporter de la clarté" sur ce point de la morphologie, de manière à mettre fin aux "phantasmes gabaritaires qui entraînent des ventes sans clauses suspensives à des niveaux invraisemblables" de prix, explique Emmanuelle Grégoire.

 

La protection de la nature doit sortir "renforcée" du nouveau PLU, avec notamment la "suppression de la bande Z qui augmentera mécaniquement la part obligatoire de végétalisation sur les parcelles", et une protection accrue des espaces verts. Enfin la Ville annonce, via le PLU ou des délibération du Conseil de Paris, le renforcement de l'armature de logistique urbaine par sa hiérarchisation, l'interdiction complète des dark stores, ou encore le raccordement obligatoire, prochainement, au réseau de chaud et peut-être aussi de froid de la ville.

 

Une grille d'évaluation des projets pour comptabiliser leurs "externalités positives"

 

 

Il vous reste 43% à découvrir.
Ce contenu est réservé aux abonnés
Déja abonné ? Se connecter
PROMO ÉTÉ 2022 - abonnement 12 mois ETENDU jusqu’au 30 SEPTEMBRE 2023
Abonnez-vous maintenant pour le lire dans son intégralité
Et bénéficiez aussi :
D’un accès illimité à tous les articles de Batiactu
D’une lecture sans publicité
De toutes les interviews et analyses exclusives de la rédaction
actionclactionfp