APPRENTISSAGE. Les trois Centres de formation d'apprentis de l'Union nationale des industries de carrières et matériaux de construction (Unicem) se déclarent prêts à former environ 200 jeunes au métier de la taille de pierre pour aider à reconstruire la cathédrale Notre-Dame de Paris.

Dans la foulée de l'incendie qui a ravagé la toiture de la cathédrale Notre-Dame de Paris le lundi 15 avril 2019, de nombreuses organisations professionnelles et entreprises du bâtiment ont annoncé mettre leurs équipes et leurs techniques à disposition du chantier de reconstruction qui se profile. Ils sont maintenant rejoints par les trois Centres de formation d'apprentis (CFA) de l'Union nationale des industries de carrières et matériaux de construction (Unicem) : situés dans les régions Auvergne - Rhône-Alpes, Bretagne et Occitanie, ces établissements se déclarent "prêts à accompagner les entreprises des monuments historiques dans ce beau chantier de reconstruction". Dans un communiqué, l'organisation précise que ses trois CFA forment chaque année environ 700 jeunes aux métiers des industries de carrières et des matériaux, dont la taille de pierre - une filière qui compte une centaine d'élèves par an.

 

 

Au vu du contexte, l'Unicem estime que ses établissements scolaires "bénéficient d'équipes pédagogiques et de la logistique nécessaires pour former environ 200 jeunes à la taille de pierre". En outre, l'organisation met en avant la fierté de ses apprentis et de ses formateurs de participer à la "résurrection" de la cathédrale siégeant depuis plus de 800 ans au cœur de Paris. D'autant que l'incendie qui a frappé Notre-Dame pourrait faire évoluer, à sa manière, les mentalités : "S'il est vrai que les métiers de la pierre souffrent d'un manque de main-d'œuvre et d'une désaffection des jeunes, ce drame suscitera peut-être des vocations parmi eux", conclut l'Unicem.

actionclactionfp