L'administration côtière norvégienne a obtenu le feu vert pour percer son premier tunnel maritime de grand gabarit entre deux fjords distants de moins de 2 km. Un raccourci qui permettra d'éviter le contournement d'une vaste péninsule exposée aux tempêtes, aux eaux particulièrement dangereuses. Détails.

Ce sera, à la fois, un canal et un tunnel qui sera emprunté par des navires de croisière et des cargos afin de leur éviter de passer par une zone périlleuse au large des côtes norvégiennes. Le Stad Skipstunnel, dont la construction a été validée par Oslo, est une première mondiale : si des tunnels destinés aux navires existent déjà, notamment en France, ils sont généralement de taille limitée et sont situés sur des cours d'eau intérieurs. L'infrastructure sera ici bien différente.

 

Tracé du canal-tunnel
En rouge, le tracé du futur canal-tunnel, de 1,7 km de long qui permet d'éviter le contournement de la péninsule et la navigation dans la zone d'océan non protégée (située dans le coin gauche de l'image). © Google Maps

 

Percé sous une montagne, le tunnel de 1,7 km de long, reliera le Moldefjord et le Kjodepollen, dans l'ouest du pays. Il permettra aux navires de commerce, de croisière et de plaisance d'éviter le contournement de la péninsule de Stad, une zone où les courants et les vents sont les plus puissants de la façade maritime de tout le pays. Le ministre norvégien des Transports, Ketil Solvik-Olsen, explique : "Le gouvernement assure maintenant un passage plus sûr et plus fiable des eaux les plus dangereuses et les plus rudes pour le transport de marchandises le long des côtes". Moins risquée, plus rapide, la traversée sera donc facilitée pour les bâtiments Hurtigruten, un service express de navires qui desservent quotidiennement les ports entre Bergen, au sud, et Kirkenes au nord (à la frontière russe).

 

Des précurseurs français

 

Le tunnel percé dans la roche fera en effet plus de 26 mètres de largeur utile (36 mètres d'une paroi à l'autre, moins des trottoirs et pare-battage) et 37 mètres de hauteur (plus 12 mètres de profondeur). De quoi autoriser le passage de bâtiments de 16.000 tonnes. Pour comparaison, en France, le tunnel du Rove, sur le canal de Marseille-Rhône, inauguré en 1926, s'étendait sur 7,12 km mais sa largeur totale était de 22 mètres et sa hauteur de seulement 11 mètres au-dessus de la surface de l'eau et de 4 mètres en-dessous. Il permettait le croisement de deux péniches jusqu'à ce qu'un éboulement ne le condamne en 1963. Historiquement, le tout premier canal-tunnel percé dans le monde est celui de Malpas, sur le canal du Midi, inauguré en 1679, qui passe sous une colline et mesure 173 mètres de long.

 

Hurtigruten
Un navire Hurtigruten qui empruntera le canal-tunnel © Wikimedia CC

 

Les travaux du projet norvégien, estimés à 295 M€, devraient débuter en 2018 et s'achever en 2022. Ils seront réalisés dans le cadre d'un vaste plan de transports annoncé pour la période 2018-2029.

 

 

actionclactionfp