VILLAGE DES MÉDIAS. L'aménageur des sites olympiques a fait cesser les travaux sur les sites de l'Aire des vents et du Terrain des essences, conformément à l'arrêt en référé les concernant. La Solideo doit maintenant obtenir gain de cause sur le fond pour pouvoir construire le Village des médias, notamment.

Au surlendemain de la décision du juge des référés d'ordonner l'interruption des travaux de construction du Village des médias devant accueillir techniciens et journalistes pendant les Jeux olympiques, l'aménageur public en charge des sites des JO, la Solideo, annonce "prendre acte" de cette décision et avoir fait cesser tous les travaux concernés. Dans le cadre de l'examen du dossier au fond, la Solideo "défendra son projet devant la justice", affirme le 8 avril Nicolas Ferrand, directeur général exécutif, "car il a du sens".

 

La Zac du Cluster des médias, doit accueillir, sur les communes de Dugny et La Courneuve, en Seine-Saint-Denis, les épreuves olympiques d'escalade et de tir, sur le Terrain des essences ainsi que le Village des médias, sur l'Aire des vents. Le premier, dépollué et renaturé, doit, après les Jeux, être relié au parc Georges Valbon et ouvert au public, tandis que le Village des médias sera reconverti en écoquartier. Porté par deux associations locales, la contestation devant le juge administratif porte sur les conséquences environnementales de ces projets.

 

Le 6 avril, la cour administrative d'appel de Paris a suspendu en référé les travaux du Village des médias en suspendant partiellement l'exécution de l'arrêté d'autorisation environnementale délivré en novembre 2020 par le préfet de Seine-Saint-Denis. Cette ordonnance porte à la fois sur le Terrain des essences et sur l'Aire des vents, et emporte arrêt immédiat des travaux sur ces deux zones. Ainsi, à l'exception des travaux liés à l'amélioration des espaces végétalisés ou à la recolonisation du milieu qui pourront être poursuivis, les travaux sont suspendus.

 

Une décision "provisoire et partielle"

 

L'aménageur souligne que cette ordonnance est "une décision provisoire et partielle". Provisoire, car il ne s'agit pas d'une décision au fond, mais d'une décision prise en référé, en attendant les jugements au fond. Cette décision peut donc évoluer au regard de la transmission de nouvelles pièces. Partielle, car elle considère de manière différenciée les multiples aspects du projet et les différents secteurs.

 

L'Etat et l'ensemble des parties prenantes vont répondre tant sur le plan juridique que sur le fond en apportant les précisions demandées par le juge des référés. Nicolas Ferrand soutient que le projet tel qu'il a été autorisé "a du sens pour les habitants et pour le territoire. Il a du sens parce qu'il va permettre de relier la gare à la ville de Dugny, il recrée du lien entre le parc Georges Valbon et l'Aire de vents, il assure la dépollution et la renaturation de l'ensemble des sites, il tient compte des espèces naturelles présentes et leur assure un nouvel habitat, confortable, préservé et agrandi à terme".

 

Les futurs aménagements par secteur géographique

 

Le secteur Aire des vents, à Dugny, comptera, une fois les JO terminés, environ 345 logements familiaux (accession et locatif libre) et 84 logements en résidence gérée (coliving) pour un total d'environ 26.000 m² de SDP, ainsi qu'une école. Une seconde phase de travaux est prévue, à un horizon plus lointain, pour un total de 426 logements familiaux (locatif libre, locatif social, locatif intermédiaire) et 152 logements en résidence gérée (seniors et PMR), ainsi qu'une crèche et un gymnase, pour un total d'environ 37.000 m² de SDP

 

Le secteur Plateau, à Dugny, doit voir la création de 395 logements familiaux (accession libre, locatif intermédiaire, locatif social), et 120 logements en résidence gérée (jeunes actifs et seniors), ainsi que des commerces, services et activités à rez-de-chaussée (supérette, halle gourmande, maison médicale, restaurants, pharmacie). L'ensemble correspond à environ 32.500 m² de surface de plancher.

 

Enfin, à La Courneuve, dans le prolongement du parc départemental Georges Valbon, la réhabilitation du Terrain des essences en fera "un nouveau secteur du parc Georges Valbon, ouvert sur Dugny et le nord francilien grâce à une nouvelle entrée au plus près de la gare du tram T11". La réhabilitation de ce terrain d'environ 13 ha se déroule sous la maîtrise d'ouvrage du département de Seine-Saint-Denis. En phase jeux, le Terrain des essences accueillera sur les deux tiers sud le pavillon de tir provisoire. En phase héritage, le terrain sera restauré et renaturé pour créer une nouvelle entrée du parc départemental Georges Valbon.

actionclactionfp