ÉNERGIE. Réunis autour du ministre de l'Économie Bruno Le Maire, les industriels de l'hydrogène ont dressé un point d'étape sur la construction de la filière. Les investissements se concrétisent et les prévisions de déploiement semblent de plus en plus pertinentes.


La filière de l'hydrogène décarboné semble bien partie pour s'implanter en France. Ce 30 septembre, ses industriels se sont réunis autour du ministre de l'Économie Bruno Le Maire pour dresser un point d'étape de la stratégie nationale qui a été lancée dans ce dossier, et pour laquelle le Gouvernement a débloqué une enveloppe de 7 milliards d'euros afin d'"assurer la souveraineté technologique française et déployer une capacité de 6,5 gigawatts d'électrolyseurs d'ici 2030 sur le territoire", précise Bercy.

 

Insistant sur la place centrale de l'indépendance énergétique dans les questions de souveraineté nationale, Bruno Le Maire a rappelé les quatre "piliers" de la stratégie de l'exécutif dans ce domaine : continuer à investir et donc à moderniser le nucléaire, indispensable pour produire de l'hydrogène ; réformer le marché européen de l'énergie ; développer les énergies renouvelables ; placer la France en tête des pays producteurs d'hydrogène vert. Tout cela avec bien sûr la réduction des émissions de CO2 (dioxyde de carbone) en toile de fond.

 

"Près de 2 milliards d'euros de subventions seront engagés ou en passe de l'être"

 

Premier constat : épaulées par l'État, les entreprises tricolores amplifient leurs investissements. Du côté du Conseil national de l'hydrogène (CNH) comme des services publics, on se félicite d'une "forte dynamique industrielle". "D'ici la fin de l'année, près de 2 milliards d'euros de subventions seront engagés ou en passe de l'être", indique Bercy, ce qui devrait permettre de soutenir une centaine de projets. "À date, 286 millions d'euros ont déjà été engagés depuis le début de l'année, correspondant à un investissement total de 952 millions d'euros", poursuit le ministère.

 

Dans le détail, 42 projets de Recherche & Développement et d'intégration des technologies hydrogène inscrits dans les appels à projets du Plan de relance représentent déjà 257 millions d'euros d'investissements. Au titre du Programme des investissements d'avenir (PIA), 132 millions ont aussi été accordés pour des travaux de R&D sur des avions à hydrogène et l'acquisition d'une quinzaine de trains qui rouleront à cette énergie. Ces derniers pourraient faire leurs premiers essais fin 2023 dans quatre régions (Occitanie, Bourgogne-Franche-Comté, Auvergne-Rhône-Alpes, Grand Est) pour un investissement total de 440 millions.
Il vous reste 64% à découvrir.
Ce contenu est réservé aux abonnés
Déja abonné ? Se connecter
Abonnez-vous maintenant pour le lire dans son intégralité
Et bénéficiez aussi :
D’un accès illimité à tous les articles de Batiactu
D’une lecture sans publicité
De toutes les interviews et analyses exclusives de la rédaction
actionclactionfp