DÉCRYPTAGE. Pour décarboner leur production, les gaziers ont besoin d'innovations technologiques et réclament à ce titre des normes moins contraignantes, un soutien public accru et davantage de bras. Dans tous les cas, la sobriété et l'efficacité énergétiques restent l'objectif final.


Alors que la demande mondiale en énergie n'a jamais été aussi élevée et que les émissions de gaz à effet de serre ont atteint un nouveau record, les énergéticiens se grattent la tête pour trouver des solutions capables de cocher un maximum de cases. Production, distribution, maturité industrielle, rentabilité économique, lutte contre le dérèglement climatique... Les défis sont nombreux pour un secteur encore trop dépendant des combustibles fossiles mais dont les filières renouvelables ne cessent de progresser aux quatre coins de la planète.

 

 

Pour son 150e anniversaire, l'association France Gaz a organisé une série de tables rondes, ce 6 juin 2024 à Paris, afin de creuser les pistes qui s'offrent aux gaziers et à leurs partenaires. Beaucoup d'espoirs (et d'investissements) sont placés dans les innovations technologiques, dans un contexte où les prix de l'énergie demeurent à des niveaux élevés et où l'Europe cherche à assurer sa souveraineté énergétique.

 

Lancer des projets et les faire passer à l'échelle

 

"On est dans une transformation massive de nos systèmes énergétiques, qui a besoin d'innovations en électricité, en gaz, en chaleur… Une partie des technologies sont déjà connues, d'autres sont en voie d'émergence, de développement ou de maturité", analyse Emmanuelle Wargon, présidente de la Commission de régulation de l'énergie (CRE), dont le comité prospective planche actuellement sur
Il vous reste 76% à découvrir.
Ce contenu est réservé aux abonnés
Déja abonné ? Se connecter
Abonnez-vous maintenant pour le lire dans son intégralité
Et bénéficiez aussi :
D’un accès illimité à tous les articles de Batiactu
D’une lecture sans publicité
De toutes les interviews et analyses exclusives de la rédaction
actionclactionfp