Le réseau Foncia, premier gestionnaire de biens en France vient de prendre la décision de quitter la Fédération nationale de l'immobilier (Fnaim) hostile, d'après lui, à l'utilisation des statistiques fournies par Clameur. Détails.

Le réseau Foncia, premier gestionnaire de biens en France a annoncé son départ de la Fédération nationale de l'immobilier (Fnaim) car celle-ci ne souhaite pas produire des statistiques sur le marché locatif concurrentes de celles de l'Etat, a-t-on appris mardi 14 janvier. Par conséquent, Foncia se désolidariser de la Fnaim - regroupant quelque 12.000 adhérents (administrateurs de biens, réseaux d'agences immobilières, aménageurs...)- "dans les six mois à venir".

 

Ce départ serait principalement motivé par le refus de la Fnaim d'intégrer Clameur, un observatoire privé du marché locatif fondé en 1998 et présidé par François Davy, qui dirige également Foncia. Clameur se voit ainsi d'après le réseau Foncia concurrencé par les observatoires publics que le gouvernement met actuellement en place.

 

La méthodologie au cœur des préoccupations
"Nous n'étions pas tout à fait d'accord avec la méthodologie utilisée par Clameur, et nous voulions créer notre propre observatoire. Clameur est présidé par Foncia. Or il faut que l'observatoire soit un outil syndical, il ne peut pas refléter le point de vue d'une entreprise", a déclaré à l'AFP Jacky Chapelot, président adjoint de la Fnaim.

 

Et de préciser : "Nous avons lancé notre propre outil il y a quelques mois, et nous sommes en train de le parfaire, pour répondre aux exigences méthodologiques de l'Insee, et participer aux observatoires d'Etat. Nous espérons qu'il sera prêt au mois d'avril prochain."

 

De son côté, François Davy a déclaré que Foncia, qu'il préside, "garde des liens forts avec la Fnaim". Il reste personnellement "en contact" avec Jean-François Buet, qui dirige la Fnaim, a-t-il dit.

actionclactionfp