ETUDE. Selon le scénario "alternatif" élaboré dans une récente étude publiée à l'initiative du Comité stratégique de la filière bois, la consommation de bois dans la construction et la rénovation de bâtiments afficherait en 2035 un bond de 32% par rapport à 2015, à 1,35 million de mètres cubes, et de 40% en 2050, toujours par rapport à 2015.

Les deux prochaines décennies devraient enfin voir le décollage tant annoncé de la construction bois. C'est l'enseignement d'une étude prospective sur l'évolution de la demande finale du bois dans la construction, la rénovation et l'aménagement des bâtiments, publiée ce mois-ci à l'initiative du Comité stratégique de la filière bois (conseil national de l'industrie). Cette étude a élaboré quatre scenarii, "tendanciel", "alternatif", "volontariste"et "objectif neutralité carbone." Le scénario alternatif "constitue le scénario le plus probable d'évolution du marché du bâtiment et de gain de parts de marché du bois", écrivent les auteurs.

 

Sur la base de ces hypothèses, la consommation de bois dans la construction et la rénovation de bâtiments afficherait en 2035 un bond de 32% par rapport à 2015, à 1,35 million de mètres cubes, et de 40% en 2050, toujours par rapport à 2015. La rénovation des logements et des bâtiments tertiaires étant la principale consommatrice de bois dans le bâtiment, avec un poids de 55% des volumes consommés, contre 45% pour la construction neuve.

 

La perspective d'une telle envolée de la demande pose la question de l'adéquation de l'offre. Dans le scénario alternatif, seule la famille des systèmes constructifs (CLT, ossature bois…) demandera "une forte hausse" des capacités de production, avec des besoins supérieurs à 600.000 mètres cubes à l'horizon 2035, d'après l'étude. Selon cette dernière, l'analyse de l'équilibre ente l'offre et la demande de bois fait apparaître une tension potentielle sur le bois d'œuvre résineux, faisant peser le risque d'aggraver le déficit commercial des produits bois construction. Plusieurs leviers d'action devraient donc être mis en œuvre. A commencer par une substitution croissante du bois d'œuvre résineux par du bois d'œuvre feuillu. L'étude recommande également de mobiliser davantage de résineux et d'augmenter le taux d'utilisation du bois recyclé.

actionclactionfp