INTERVIEW. Comme beaucoup d'entreprises de travaux publics, Spie Batignolles Malet a stoppé tous ses chantiers le 17 mars 2020. Relancée depuis un peu plus d'un mois, l'activité est désormais bien repartie, explique le directeur général, Loïc Taulemesse. Et ce malgré les injonctions persistantes du gouvernement pour une reprise plus rapide du BTP, qu'il estime injustifiées.


Batiactu : Comment avez-vous organisé la reprise de l'activité de Spie Batignolles Malet, après l'arrêt des opérations au début du confinement ?

 

Loïc Taulemesse : Au début du confinement, nous avons fait le choix de mettre en sécurité nos salariés, et avons sécurisé nos chantiers. Nous avons mis en place une cellule de crise à la direction générale pour suivre l'évolution des annonces ministérielles et le flux des ordonnances parfois contradictoires. Après la publication du guide sanitaire, pour lequel il était important d'obtenir l'aval des ministères de la Santé et du Travail, nous avons amorcé la relance le 10 avril, avec une montée en puissance régulière depuis. Deux conditions sont nécessaires à la reprise : la capacité à mettre en place l'intégralité des mesures de protections nécessaires à la sécurité, et celle à mobiliser à nouveau la maîtrise d'ouvrage, la maîtrise d'œuvre, et les coordonnateurs SPS pour appliquer les nouveaux protocoles.

 

Ensuite, quand les salariés reviennent au travail, nous organisons une lecture complète des protocoles. Puis, tous les matins, lors du briefing, un point covid est rappelé et tous les équipements sont donnés. Ce rappel est indispensable pour ne pas baisser la garde, car les personnels se connaissent bien et la vigilance peut basculer à un moment, c'est humain. Les modes opératoires, en revanche, n'ont pas été changés, car les modifier risquerait de créer des situations de danger liées à d'autres facteurs.

 

Batiactu : Quel niveau d'activité parvenez-vous à réaliser, environ un mois après la relance ?

 

L.T. : Actuellement, 100% des personnels mobilisables sont de retour sur nos chantiers. Cependant, sur 1.700 salariés, nous comptons environ 10 à 15% de personnes à risque ou en garde d'enfants. Si nous fonctionnions à effectif plein et avec l'intérim, nous serions en capacité de travailler normalement. Nous sommes autour de 75% aujourd'hui. Et nous espérons réaliser 100% de notre chiffre en juin.
Il vous reste 62% à découvrir.
Ce contenu est réservé aux abonnés
Déja abonné ? Se connecter
PROMO ÉTÉ 2022 - abonnement 12 mois ETENDU jusqu’au 30 SEPTEMBRE 2023
Abonnez-vous maintenant pour le lire dans son intégralité
Et bénéficiez aussi :
D’un accès illimité à tous les articles de Batiactu
D’une lecture sans publicité
De toutes les interviews et analyses exclusives de la rédaction
actionclactionfp