UN PROJET/UNE PARTICULARITE. Implanté sur les friches ferroviaires du faisceau Saint-Lazare à Paris, le nouvel immeuble de bureaux de l'architecte Anne Demians se distingue par sa forme et sa peau métallique perforée. Long de 130 mètres, ce bâtiment interpelle par sa grandeur, mais aussi par sa rondeur. Découverte.

Le quartier de Clichy Batignolles est en pleine construction. Les grues s'activent dans un flux incessant et de nouvelles constructions poussent régulièrement. Ici, comme dans de nombreux territoires émergents, se côtoient des immeubles de bureaux et des logements.

 

Un facteur dont l'architecte Anne Demians a tenu compte pour son projet tertiaire situé à l'angle du boulevard Pereire et de la rue de Saussure dans le 17ème arrondissement de Paris : "Aujourd'hui, nous devons réfléchir à la réversibilité des programmes. Les bureaux d'aujourd'hui pourront devenir les habitats de demain et inversement", explique-t-elle. D'ailleurs, elle avoue qu'elle n'aurait pas imaginé ce bâtiment dans le quartier d'affaires de La Défense. "Aujourd'hui, tout se périme vite au détriment de la ville. Il faut donc penser un projet dans l'urbanisme dans lequel il prend place, et savoir instaurer une connivence avec le paysage", confie-t-elle. S'appuyant sur ces postulats, elle a créé une grande structure de 130 mètres de long et 17 mètres de large, avec comme objectif de lui conférer une esthétique agréable. Mais ce n'est pas tout. Baptisé Rezo, l'immeuble devait relever plusieurs défis : celui de la densité environnante et de la proximité avec les voies ferrées. Pour y parvenir, un soin particulier a été apporté à la forme qui n'est pas sans rappeler un train à grande vitesse. Avec ses dessins s'inspirant des nanotechnologies, l'habillage métallique permet de garantir l'équilibre et les arrondis au sommet font écho à l'esprit haussmannien présent à quelques mètres du site : "Le rapport qu'entretient le bâtiment avec le ciel reste une des meilleures manières de façonner efficacement ses limites", explique Anne Demians.

 

Une jupe métallique perforée en fonction de l'orientation
L'enveloppe assure également la régulation thermique. Ainsi l'isolation par l'extérieur repose sur une allège en béton, parée d'un isolant, lui-même sous protection de la vêture métallique. De plus, les perforations de la jupe métallique ont été étudiées en fonction des orientations nord/sud : "Nous avons minutieusement travaillé chaque détail de la façade", note l'architecte. Outre l'aspect environnemental, les découpes dégagent des ambiances tamisées similaires aux persiennes d'antan. Sans oublier qu'elles offrent une certaine intimité aux employés. Et ce n'est pas rien pour cette catégorie de bureaux dits blancs, c'est-à-dire développant des surfaces capables d'accueillir une ou plusieurs entreprises dans un même espace. Et cet effet cosy bénéficie aux intérieurs qui se veulent lumineux à l'image du restaurant et du hall d'entrée traversant et offrant une vue sur le passage des trains : "Ce panorama, nous l'assumons", glisse Anne Demians.

 

Ayant emménagé depuis un mois, les salariés de l'assureur Klesia peuvent profiter d'un lieu flambant neuf. Si le programme est en début de vie, nul ne sait ce qu'il deviendra dans quelques années. Des logements ? Peut-être… En tout cas, l'architecte y a pensé !

 

Fiche technique
Maître d'ouvrage privé : Sodearif, Snef
Maître d'œuvre : Anne Demians, architecte/mandataire
Surface : 16.500 m2 Shon
Coût : 36,5 millions d'euros
Capacité : environ 1.800 personnes
Début des travaux : 2 mars 2012
Fin des travaux : début juin 2014

actionclactionfp

Vue globale du bâtiment

Vue globale du bâtiment
Vue globale du bâtiment © Jean-Pierre Rocher
A l'angle du boulevard Pereire et de la rue de Saussure dans le 17ème arrondissement de Paris, se dresse un nouvel immeuble de bureaux long de 130 mètres.

Un immeuble tertaire à la façade perforée

immeuble demians
immeuble demians © CG -Batiactu
Baptisé Rezo, l'immeuble a été imaginé par l'architecte Anne Demians.

Un bâtiment, signal urbain

immeuble demians
immeuble demians © Jean-Pierre Rocher
Les arrondis au sommet du bâtiment font écho à l'esprit haussmannien présent à quelques mètres du site. Ils dégagent aussi de la rondeur et de la douceur.

Un bâtiment aux formes douces

batiment demains
batiment demains © CG -Batiactu
"La texture de la carapace qui enveloppe tous les systèmes liés à la régulation thermique du bâtiment apparaît à travers une matière homogène gris-métallisé, tantôt lisse, tantôt perforée, parfois soulevée (les ouïes)", souligne l'architecte.

Détail de la façade

Zoom arrondi
Zoom arrondi © CG -Batiactu
"L'enveloppe de Rezo filtre la lumière et casse les effets du vent".

Un bâtiment rappelant la forme d'un train

Façade
Façade © Jean-Pierre Rocher
Au total, une quarantaine de panneaux différents a été créée. Et ce sont 2000 panneaux qui ornent la façade.

Des formes biologiques

cellules
cellules © CG -Batiactu
Les formes représentées sur la façade rappellent l'univers nanotechnologique.

Terrasses avec vues

Balcon
Balcon © CG -Batiactu
Aux sixième étage, des terrasses encerclent les bureaux et laissent pénétrer la lumière dans les intérieurs.

Intérieur

Intérieurs
Intérieurs © CG -Batiactu
Le projet met en scène des bureaux dits blancs, c'est-à-dire développant des surfaces capables d'accueillir une ou plusieurs entreprises dans un même espace.

Hall d'entrée

Hall d'entrée
Hall d'entrée © Laure Vasconi
L'ouverture en plafond du hall d'entrée reprend les motifs de la façade.