CONJONCTURE. Après avoir spectaculairement rebondi en juin dernier, les créations d'entreprises ont continué à enregistrer de belles performances au mois de juillet, portées par les immatriculations d'auto-entrepreneurs. Le secteur de la construction profite lui aussi de cette tendance.

La crise économique engendrée par la pandémie de coronavirus et le confinement sanitaire ne semble pas freiner les envies d'entreprendre, bien au contraire. Les créations d'entreprises toutes tailles et tous secteurs d'activité confondus ont progressé de 9% en juillet 2020, après avoir spectaculairement rebondi de 38,1% en juin : elles ont atteint 82.086 immatriculations, dont 42.058 pour les sociétés classiques (+13,4%) et 40.028 pour les micro-entrepreneurs (+4,6%).

 

Bien que grandement touché par la période de confinement, le secteur de la construction parvient lui aussi à maintenir son cap. Bâtiment et travaux publics ont ainsi créé 7.561 entreprises en juillet dernier, un chiffre en progression de 9,3% par rapport à juin et de 3,7% sur un an. Du côté des activités immobilières, la reprise est encore plus marquée avec 3.446 immatriculations au mois de juillet, soit un bond de 12,6% en comparaison à juin et de 7,4% sur les 12 derniers mois.

 

Toujours une prédominance des micro-entrepreneurs

 

En cumul sur les 7 premiers mois de 2020, l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) a calculé que la France avait enregistré au global quelque 449.331 créations d'entreprises, dont 117.992 sociétés, 119.155 structures individuelles classiques et 212.184 micro-entrepreneurs. Cette dernière catégorie porte toujours très largement le phénomène entrepreneurial dans le pays, étant donné qu'elle a pesé pour 47,6% dans le total des créations sur ces 12 derniers mois, contre 26,4% pour les entreprises individuelles classiques et 26% pour les structures sociétaires.

actionclactionfp